Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Voyage au centre de la Terre, Jules Verne : résumé et analyse

  • Ariane Thévenet
  • 21 Mar 2023

À lire dans cet article :

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

On connaît tous un roman de Jules Verne : ses œuvres, allant de Vingt Mille Lieues sous les mers (1870), Le Tour du Monde en quatre-vingts jours (1873) à Michel Strogoff (1876), sont devenues des incontournables de la littérature. Nous te proposons donc aujourd’hui de te livrer une analyse de l’une d’entre elles, parmi les plus lues : Voyage au centre de la Terre. Si celui-ci n’est pas au programme des œuvres du bac de français, cela te permettra toutefois d’acquérir des éléments de référence, toujours utiles pour tes copies.

Qui est Jules Verne ?

Jules Verne est un écrivain français né en 1828 et mort en 1905. Il est connu pour avoir écrit à propos des avancées scientifiques de son époque , n’hésitant pas à mettre en scène de manière rocambolesque les aventures de ses personnages dans ces décors modernes.

Une grande partie de ses œuvres, qui comprennent en plus de ses romans des pièces de théâtre, des poèmes, des nouvelles et même des études scientifiques, ont été adaptées par la suite. Ces adaptations ainsi que les nombreuses traductions qui ont été réalisées ont participé à sa postérité : Jules Verne est un écrivain dont le nom est familier pour la majorité des personnes. Passionné par les œuvres de Victor Hugo ou d’Alexandre Dumas ( Le Comte de Monte-Cristo , Les Trois Mousquetaires ) notamment, il lit ces œuvres en parallèle de ses études de droit qu’il poursuit à Paris après l’obtention de son baccalauréat.

Lire aussi : Le Malade imaginaire résumé et analyse

Les personnages dans Voyage au centre de la Terre

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un petit point sur les personnages s’impose.

Les personnages principaux de Voyage au centre de la Terre de Jules Verne sont :

  • Le professeur Otto Lidenbrock : un géologue et minéralogiste allemand, qui découvre un manuscrit crypté qui le mène à entreprendre un voyage vers le centre de la Terre.
  • Axel : le neveu du professeur, qui accompagne son oncle dans le voyage. Il est le narrateur de l’histoire.
  • Hans Bjelke : un guide islandais recruté par le professeur et Axel pour les aider dans leur voyage.

Au cours de leur périple, ils rencontrent également d’autres personnages, tels que des créatures étranges et des habitants d’un monde souterrain, mais le trio principal reste le professeur Lidenbrock, Axel et Hans.

Lire aussi :   Bac français 2023 : les œuvres au programme

Résumé Voyage au centre de la Terre

Voyage au centre de la Terre est un  roman d’aventures écrit en 1864 . Jules Verne, qui aime mélanger éléments scientifiques et d’imagination dans ses écrits, semble prendre davantage de libertés dans celui-ci. En effet, l’aspect rigoureusement scientifique passe après le pan imaginaire : entre découverte d’un monde disparu et avancées incroyables, ce roman s’écarte de l’exactitude scientifique.

Ce dernier raconte la découverte d’un manuscrit ancien par un savant allemand qui, en compagnie de son neveu, Axel Lidenbrock, qui est aussi le narrateur de cette histoire, et de leur guide, entreprend un voyage vers le centre de la Terre. Pour ce faire, il a l’idée d’y entrer par un volcan islandais éteint, qui porte le nom de Sneffels. Ainsi peut-on diviser le roman en deux parties : la première a trait à un aspect scientifique, tandis que la seconde prend davantage de libertés.

Résumé de la première partie

Il s’agit d’une partie qui met en avant la science et ses avantages . Les outils sont mis au premier plan, l’intérêt des personnages pour la science en général lorsqu’ils descendent dans le cratère, tous ces éléments contribuent à souligner cet aspect. Le décor en paraît plus réel et le vocabulaire des personnages est précis, technique et documenté, et ils passent donc pour des experts dans leur domaine d’investigation.

Tout commence avec la découverte d’un parchemin codé, écrit en rune (langue slave) que le professeur Lidenbrock découvre dans un vieux manuscrit dont il vient de faire l’acquisition. Sitôt décodé avec l’aide de son neveu, le professeur décide de se rendre en Islande sur les lieux à propos desquels le manuscrit parle. Ils se hâtent de partir et s’affairent à réaliser les préparatifs, et en deux jours, ils entament leur long voyage jusqu’en Islande.

Ils traversent de nombreuses villes nordiques et sillonnent les mers pour atteindre la destination tant attendue. Une fois arrivés au pied du volcan Sneffels , ils entreprennent la descente par le cratère en compagnie de Hans Bjelke, leur guide pour cette expédition.

Le professeur note scrupuleusement (avec soin) le parcours qu’ils empruntent alors qu’ils s’enfoncent dans les profondeurs de la terre. Or le danger les guette : dans le dédale souterrain, ils manquent de se perdre en empruntant la mauvaise voie . Ils doivent se dépêcher, car leurs réserves d’eau diminuent drastiquement, ce qui les menace directement. Axel trouve finalement une source qui leur permet de recharger leurs réserves juste à temps ; mais celui-ci se perd et se blesse peu après avant de retrouver à nouveau de justesse ses compagnons d’aventure.

Lire aussi : La Bruyère, Les Caractères, livres V à X / parcours : la comédie sociale

Résumé de la deuxième partie

Après cet épisode, les trois compères arrivent dans une zone remplie de fossiles de champignons préhistoriques . Ils arrivent près d’un troupeau d’espèces du quaternaire et du tertiaire (des ères géologiques ayant véritablement existé il y a plusieurs millions d’années sur Terre). Enfin, ils trouvent un poignard sur lequel est gravé le nom de l’auteur du manuscrit à l’origine de cette expédition, d’où provient également le parchemin, ce qui leur indique qu’ils sont sur la bonne voie.

Alors qu’ils allaient poursuivre leur expédition vers la grotte indiquée sur le parchemin, ils découvrent que son entrée est bloquée en raison d’une récente coulée de lave. Ils utilisent un explosif pour poursuivre leur expédition. Malheureusement, celle-ci entraîne la perte d’une grande partie de leurs vivres. Ils sont emportés par les vagues et ne peuvent plus diriger le radeau dans lequel ils étaient. Ils sont finalement éjectés du cratère du volcan italien Stromboli, très au sud de l’Islande . Pour finir, ils rentrent dans leur ville de départ, Hambourg, et sont alors acclamés.

La science-fiction dans Voyage au centre de la Terre

La science-fiction est un genre littéraire dans lequel s’inscrit le roman Voyage au centre de la Terre. Elle a la particularité d’inventer des mondes, des sociétés et des êtres situés dans des espaces-temps fictifs (souvent futurs), impliquant des sciences, des technologies et des situations radicalement différentes.

Le goût pour la science connaît un fulgurant essor au XIXe siècle. Jules Verne fait partie des auteurs qui ont plongé dans cet engouement et a mêlé découvertes scientifiques à ses récits. La frontière entre la science et le magique, l’extraordinaire, le fantastique et même la rêverie est cependant parfois si étroite qu’elle semble disparaître.

Au XIXe siècle, beaucoup d’écrivains s’inspirent des nouvelles théories scientifiques , notamment à propos de l’évolution des espèces et de l’hérédité afin de tenter d’expliquer la société. Balzac, dans l’avant-propos de  La Comédie humaine , explique qu’il s’inspire de la zoologie et Zola emprunte sa méthode d’écrivain à la médecine expérimentale et promeut une démarche scientifique fondée sur des observations concrètes.

Lire aussi : Manon Lescaut, Abbé Prévost : résumé et analyse de l’œuvre

Les thèmes principaux de Voyage au centre de la Terre

Un cadre qui mêle science et fantastique.

Cette fiction met en scène de nombreux rebondissements dans un cadre presque fantastique, mais toujours inspiré du réel . Des domaines d’études et d’investigation sont employés afin d’ étudier scientifiquement l’environnement dans lequel évoluent les personnages. On peut par exemple citer la spéléologie (l’activité qui consiste à rechercher, repérer, explorer, étudier, cartographier ou visiter les cavités souterraines, naturelles, anthropiques ou artificielles, puis à partager ses connaissances), la paléontologie (discipline scientifique qui étudie les fossiles) et la minéralogie (science qui a pour objet les minéraux et pierres).

La rêverie est également un thème important puisque les personnages, en particulier dans la dernière partie du roman, se laissent davantage porter par cette dernière. Des éléments fantastiques font alors irruption et la science est peu à peu mise à distance .

Entre éléments mythologiques et récit initiatique

On peut également remarquer le caractère mythologique de cette aventure, que l’on peut assimiler à une épopée (récit d’aventures historiques ou mythologiques). Les explorateurs ont la posture de personnages héroïques  : Axel ressemble à Thésée lorsqu’il est perdu dans le cratère du volcan, alors qu’il souhaite à tout prix retrouver sa bien-aimée Marthe (Ariane dans la légende). Le fil qu’il suit est alors la rivière, qu’il suit pour revenir parmi l’équipage.

De la même manière, les personnages sont pris par des hallucinations quand ils voguent sur la rivière souterraine en raison de la forte chaleur. Tout bon connaisseur de l’ Odyssée d’Homère aura reconnu l’épisode des chants des sirènes qui rendent fous les marins qui rentrent à Ithaque.

Cette aventure fait office pour Axel de voyage le menant à la maturité, de récit initiatique (type de récit où le lecteur suit l’évolution du personnage principal vers une meilleure compréhension du monde ou de lui-même). C’est d’ailleurs lui le personnage principal qui vole finalement la vedette à son oncle savant, qui a du mal à dominer son enthousiasme débordant.

Le volcan comme symbole de la mythologie

Le volcan apparaît également comme un symbole de la mythologie dans le récit. Le volcan représente la puissance et la force de la nature. Tout au long du roman, le volcan est utilisé pour symboliser la profondeur et la complexité de la Terre, ainsi que les défis que les personnages doivent surmonter pour atteindre leur objectif.

Le volcan est d’abord introduit dans le roman comme un élément clé de la théorie du professeur Lidenbrock, qui croit que le centre de la Terre est un océan de lave en fusion. Ce concept reflète la fascination de la mythologie pour le pouvoir destructeur de la nature, ainsi que la capacité de la Terre à produire des forces incommensurables.

Au fur et à mesure que les personnages descendent plus profondément dans la Terre, le volcan devient un symbole de la lutte entre les forces de la nature et les aspirations humaines. Les personnages doivent traverser des rivières de lave et des tunnels de pierre pour atteindre leur destination, ce qui met en lumière leur vulnérabilité face à la puissance de la Terre. Le volcan est ainsi un symbole de la complexité et de la beauté de la nature, mais aussi de son pouvoir destructeur.

Lire aussi : Gargantua, Rabelais : analyse de l’œuvre

La conclusion de Voyage au centre de la Terre

Pour conclure, Voyage au centre de la Terre est un roman très plaisant à lire. Il s’adresse aussi bien à un public d’enfants et d’adolescents que d’adultes, c’est ce qui fait l’universalité de l’œuvre de Jules Verne. Le périple littéraire trépidant que propose Jules Verne est un classique à lire et relire sans modération !

Lire aussi :   Bac français 2023 : comment se présentent les épreuves écrites et orales ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

5 façons de s’engager en politique en tant qu’étudiant(e)

Grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité si, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité arts, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité svt, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité llcer, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité hlp, grand oral stmg : 40 exemples de questions et sujets, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité physique-chimie, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité ses, grand oral : 40 questions et sujets pour la spécialité biologie-écologie.

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Inscris-toi à la newsletter du futur 👇🏼

Dans la même rubrique....

grille bac français oral

Bac 2024 : la grille d’évaluation de l’oral de français

FAQ français 26/03

Nos réponses à vos questions en français

oeuvre bac de français

Comment présenter une œuvre à l’oral du bac de français ?

question de grammaire

La question de grammaire à l’oral du bac de français

commentaire linéaire

Bac français 2024 : le commentaire linéaire

oral bac de français

Bac français 2024 : nos conseils pour réussir l’oral

Image article roman d'aventure

Français : le roman d’aventures

Image article Bonjour tristesse Sagan

Bonjour tristesse : résumé et analyse de l’oeuvre

EspaceFrancais.com

Jules Verne : Voyage au centre de la Terre (1864)

Lumière sur… / L’univers des livres ►vous êtes ici

Lumière sur… / L’univers des livres

Voyage au centre de la terre (1864)

– Jules Verne –

Présentation

Personnages, le bouillonnement de la création, sur les traces d’arne saknussemm, un roman à la croisée des genres, jurisprudence : rené de pont-jest contre jules verne, 📽 15 citations choisies de jules verne.

Jules Verne

V oyage au centre de la Terre est un roman d’aventures, écrit en 1864 par Jules Verne . C’est son troisième roman d’aventure publié après Cinq Semaines en ballon paru en 1863.

Dessin d'Édouard Riou illustrant l'édition originale (1864). « Ce n’est qu’une forêt de champignons », dit-il.

Le roman est un mélange de données scientifiques, d’extrapolations osées et d’aventure très représentatif de ce que Verne publie par la suite. L’introduction du roman reflète l’engouement d’alors pour une science jeune, la cryptologie. La suite enchaîne sur une description de l’Islande de la fin du XIXe siècle, puis sur une vaste introduction à deux autres sciences en plein essor, la paléontologie et la géologie.

→ À lire : Le récit de voyage .

  • Le professeur Otto Lidenbrock : C’est le personnage principal du roman. Professeur de minéralogie au Johannæum (de) de Hambourg, oncle d’Axel qu’il a fait profiter de ses connaissances, il est présenté comme un grand spécialiste dans son domaine, d’une grande érudition et polyglotte.
  • Axel : Orphelin, neveu et aide-préparateur du professeur Lidenbrock, il est le narrateur du roman. Doté de solides connaissances en géologie et en minéralogie transmises par son oncle, il a aussi une bonne culture classique, en particulier en latin.
  • Hans Bjelke : Chasseur d’eider islandais, il est engagé par Otto Lidenbrock comme serviteur et guide à Reykjavik sur les conseils de son collègue Fridriksson. Il est le troisième membre de l’expédition vers le centre de la Terre.
  • Graüben : Pupille et filleule du professeur Lidenbrock, elle n’apparaît que brièvement au début du roman.
  • Marthe : C’est la domestique et cuisinière du professeur Lidenbrock. Elle apparaît brièvement au début du roman, effrayée et tyrannisée par le caractère excentrique du minéralogiste.
  • Arne Saknussemm : Il n’apparaît jamais directement, mais son ombre plane sur le roman : il est le prédécesseur de Lidenbrock, et c’est son cryptogramme qui fournit aux personnages le chemin vers le centre de la Terre, qu’il a lui-même atteint à son époque, au XVIe siècle.
  • Le professeur Fridriksson : Professeur de sciences naturelles à Reykjavik, il n’apparaît que pendant une courte séquence du roman. Il accueille et héberge Lidenbrock et Axel, et c’est lui qui leur recommande Hans Bjelke.
  • La cryptologie : déchiffrement des runes pour pouvoir aller au centre de la Terre.
  • La spéléologie : par la découverte des profondeurs de la Terre.
  • La paléontologie : découverte d’animaux préhistoriques qu’on pensait disparus et du cadavre de l’homme quaternaire.
  • La minéralogie : science incarnée par le professeur Lidenbrock, également perceptible dans Les Enfants du capitaine Grant .
  • La folie : l’épisode de la solitude d’Axel.
  • Le fantastique : l’épisode du rêve d’Axel.
  • L’aventure .
  • L’amour : Axel est amoureux de Graüben.
  • Le voyage : Axel, Otto et Hans partent pour le centre de la Terre.
  • La survie : tout au long de l’histoire les trois aventuriers sont confrontés à peu de nourriture.

A près le succès de son premier roman, Cinq Semaines en ballon , Jules Verne signe un contrat qui le lie pour vingt ans à l’éditeur Hetzel. Ce dernier crée une revue destinée à la jeunesse, Le Magasin illustré d’éducation et de récréation . Verne doit participer à la partie éducative de la revue et résumer dans ses romans « toutes les connaissances géologiques, géographiques, astronomiques et physiques […] de la science moderne ». Le Voyage au centre de la Terre est le second roman de Verne qui participe de ce projet. Publié en feuilleton dans la revue de Hetzel en avril 1864, il paraît en volume à la fin de l’année.

A yant découvert et déchiffré un ancien cryptogramme, le professeur Lindenbrock, géologue renommé, se lance sur les traces d’un alchimiste islandais du XVIe siècle, Arne Saknussemm, à la conquête du centre de la Terre. Accompagné de son neveu Axel et d’un guide islandais, Lindenbrock pénètre dans le cratère éteint du volcan Sneffels. Ils y découvrent un monde souterrain, avec ses mers, sa végétation géante, sa faune préhistorique et ses fossiles humains. Suivant la direction indiquée par un poignard gravé des initiales du savant islandais, nos héros se heurtent à un éboulis. Ils minent l’obstacle mais l’explosion provoque un cataclysme. L’eau envahit la galerie et les chasse dans un tunnel vertical avant de provoquer une éruption volcanique. Ils sont expulsés par le cratère du Stromboli.

V erne traite ce thème du voyage dans les entrailles de la Terre — illustré à la même époque par le roman de George Sand , Laura, voyage dans le cristal — à sa manière, oscillant entre le scientifique et le fantastique . Le roman est bien scientifique puisqu’il se fait l’écho des derniers développements de la paléontologie. Les travaux de Cuvier et de Lamarck sont à l’origine de l’intérêt porté à l’étude des fossiles. Mais Verne met aussi en scène dans son roman le rapport défini par Alcide Dessalines d’Orbigny quelques années auparavant entre paléontologie et géologie : l’étude des fossiles dans les couches géologiques doit permettre de dater l’histoire du monde animal. En se faisant descente vers les origines du monde, le voyage au centre de la Terre devient un parcours initiatique . Avec ce récit, Verne renouvelle le genre du roman d’aventures et en explore les possibilités.

→ À lire : Écrire un récit initiatique .

R ené de Pont-Jest , auteur d’une nouvelle intitulée La Tête de Mimer , a assigné Jules Verne et Hetzel, auteur et éditeur du Voyage au centre de la Terre , en 3 000 fr. de dommages-intérêts. Suivant la prétention du demandeur, l’ouvrage de Jules Verne contient de nombreux emprunts faits à sa publication. Des descriptions locales auraient été empruntées tout entières aux descriptions faites par René de Pont-Jest. Des personnages ont été copiés, et si les textes de l’un et de l’autre ouvrage n’offrent pas de ressemblances qui puissent faire dire que le second est la copie du premier. Il y a néanmoins entre tous deux une analogie extraordinaire. La plainte de Pont-Jest pour plagiat contre Voyage au centre de la Terre de Jules Verne a été rejetée par décision judiciaire. Le texte du jugement est rendu par le Tribunal à l’audience le 17 janvier 1877.

Articles connexes

  • Auteurs du XIXe siècle .
  • Biographie de Jules Verne .
  • Lumière sur les œuvres de Jules Verne .
  • Le récit de voyage .
  • Construire un récit de science-fiction .
  • Inventer un récit fantastique .
  • Histoire de la France : le XIXe siècle .
  • Genres littéraires » Le roman .
  • Le genre romanesque . – Les différents genres romanesques .
  • Outils pour analyser un roman .
  • Analyser un texte .
  • L’univers des livres .
  • 🧭 Mini-guides pédagogiques : Visiter un jardin . –  Visiter un château . – Visiter un musée . – Visiter une cathédrale .

Suggestion de livres

Mots-clés : Bac Bac français L'univers des livres Littérature XIXe siècle

  • Article suivant  La littérature française du XIXe siècle
  • Article précédent  Faire des reproches

À lire également...

Photo de Samuel Beckett

Samuel Beckett

23 juillet 2012

 par Hady · Published 23 juillet 2012 · Last modified 24 décembre 2023

Photo de Paul Claudel

Paul Claudel

24 juillet 2012

 par Hady · Published 24 juillet 2012 · Last modified 24 décembre 2023

Le Bonheur (Happiness), un tableau de Joep Buijs, acrylique sur canevas, 2010.

 par Hady · Published 1 mai 2014 · Last modified 13 janvier 2024

Abonnez-vous...

Mon Répertoire des régularités orthographiques

Nouveaux articles

  • Chanson : 1, 2, 3, soleil !
  • Les crochets
  • Choisir un bon livre
  • Victor Hugo : Ruy Blas (1838)
  • Maîtriser la grammaire
  • L’éloge et le blâme
  • Les syllabes
  • L’oraison funèbre
  • Les mythes de la fertilité et de la fécondité

Suivre le site…

Suivre le site sur Facebook

You cannot copy content of this page

  • International
  • Figaro Live

Voyage au centre de la Terre, Jules Verne, 1864

Publié le 04/21/2020 à 10:29 AM , mis à jour le 04/21/2020 à 10:29 AM

Œuvre intégrale: Voyage au centre de la Terre , Jules Verne, 1864

Jules Verne écrit le roman d’aventure Voyage au centre de la Terre en 1864. Il s’agit d’un roman de science-fiction autant que d’un roman d’initiation.

● Un roman de science-fiction

● Un roman qui donne l’illusion du réel

Le roman multiplie les références à la réalité.

La date et le lieu qui ouvrent le roman son très précis. En outre, le récit est situé dans un moment du passé immédiat du moment où vit le lecteur. De fait, rien n’est extraordinaire dans la première partie du voyage . La description des préparatifs et la liste très complète des équipements rendent l’expédition vraisemblable. Verne ajoute même des notes de bas de page . Les mécanismes des lampes modernes Ruhmkorff sont explicités : l’appareil et l’inventeur sont réels .

Enfin, puisque les lois de la physique s’y opposent, Jules Verne trouve un moyen d’éviter finalement que ses héros ne parviennent jusqu’au centre de la Terre où le grand ancêtre fictif, Arne Saknussem, était, lui, parvenu.

Par ailleurs, plusieurs éléments de narratologie créent l’illusion du réel.

Le récit est fait à la première personne : c’est le personnage Axel qui raconte. Cet effet de réalisme est augmenté par l’enchâssement au sein du récit de bribes du «journal de bord» du même Axel, journal qu’il tient pendant la traversée de la mer intérieure. Enfin, le roman fait référence à lui-même lorsqu’il nomme « Le Voyage au centre de la Terre» au dernier chapitre.

● Les éléments scientifiques du roman

Le roman s’appuie sur des éléments de cryptologie, mais surtout de géologie et de paléontologie.

Pour cela, Verne a scrupuleusement étudiéles grands scientifiques de l’époque (Davy, Poisson, Humboldt, Sainte-Claire Deville et Figuier entre autres), dont le fictif professeur Lidenbrock se fait l’écho dans le roman, concernant les questions de la constitution interne du globe , des phénomènes sismiques et des volcans .

Le roman donne à voir, explique et décrit les merveilles sous-terraines, évoquant par exemple la période silurienne ou les terrains dévoniens. La descente dans l’espace se fait donc en même temps remontée dans le temps .

● La création d’un monde extraordinaire voire fantastique

Mais l’auteur mêle inextricablement le réel et l’imaginaire . Lorsqu’Axel parvient à l’improbable mer intérieure, par exemple, les références géologiques deviennent rares. Et même si elles laissent place à la paléontologie, pour autant nous sommes désormais dans un monde extraordinaire , qui doit tout à l’imagination de Jules Verne.

La valeur de la description romanesque est en effet considérée comme supérieure à ce que la science rapporte dans les traités. C’est le cas par exemple, la «fête de la lumière» qui procure à Axel une impression proprement magique (chapitre 22).

De la référence à l’auteur romantique fantastique allemand Hoffmann (XIXe siècle), on retient la fascination du monde sous-terrain : la réalité et la science se mêlent au fantastique de l’aventure.

● Un roman initiatique

Or, l’aventure la plus importante n’est pas d’ordre scientifique. C’est plutôt de l’ aventure initiatique d’Axel dont il s’agit.

Le jeune homme doit affronter le monde sous-terrain pour acquérir son statut de héros, suite à de nombreuses épreuves formatrices. C’est pourquoi l’ensemble du roman rappelle l’auteur latin Virgile (Ier siècle) et la descente aux Enfers d’Enée. Tout le roman d’aventure raconte u ne transmutation spirituelle qui fait que le héros devient un initié, celui qui sait le secret du monde, celui de sa vie et de son être. Il s’agit pour Axel d’ une quête de soi .

● L’élection et le départ pour l’Islande

C’est le signe d’une élection indépendante de sa volonté si le jeune homme remarque le manuscrit caché dans les pages du vieux livre de son oncle, ou s’il trouve le sens de l’écriture runique.

Il doit alors quitter son confort douillet, et c’est sa fiancée Graüben qui l’envoie vers une quête dont elle sera le prix: elle lui promet de l’épouser à son retour.

Il part alors avec son oncle Lidenbrock pour l’Islande, île lointaine, magique par la présence tangible des phénomènes volcaniques, témoins du feu sacré et de la puissance cosmique.

Mais le roman de la descente ne commence finalement qu’au tiers du roman, après un temps de préparation purificatoire . Axel doit d’abord subir les dangers de l’ascension du volcan, accentués par la tempête, comme si le seuil du lieu sacré était interdit.

● Les épreuves et les guides

C’est en fonction des multiples épreuves d’Axel que se construit l’histoire. Les héros doivent par exemple suivre le cours d’un filet d’eau au sol, mais bientôt Axel est perdu dans le labyrinthe. Seul dans le noir, il rentre en communication avec son guide par une sorte de miracle, expliqué par les lois de l’acoustique.

Le professeur Lidenbrock est pour Axel un guide intellectuel, scientifique et encyclopédique. L’autochtoneislandais Hans est quant à lui un guide qui l’assiste dans ses épreuves. Il est l’instinct sûr, lié à la terre magique de l’Islande. Taciturne, dévoué, il trouve l’eau salvatrice, sauve Axel plusieurs fois, le ressuscite presque, et construit le radeau qui permettra la remontée.

● Le ventre de la terre: le motif de la grotte chez Jules Verne

Après son évanouissement, le décor dans lequel renaît Axel est symbolique. Il est dans une grotte , elle-même emboîtée dans la très grande caverne, elle-même enclose dans le globe terrestre, et qui contient la mer intérieure, maternelle.

Ce roman est le premier dans lequel Jules Verne s’abandonne aux rêveries de la grotte. C’est un motif qui deviendra quasi obsessionnel dans son œuvre.

● La renaissance et le retour: retrouver le nord

À partir de sa baignade dans la mer intérieure, le jeune homme est renouvelé. Il prend sa vie et l’expédition en main.

La sortie par le Stromboli italien a la violence d’ une naissance, re-naissance, biologique et symbolique . La brutale expulsion, ce passage déchirant des ténèbres à la lumière, fait sortir les héros dépouillés de tout. Axel s’évanouit à nouveau et renaît dans un lieu en parfaite antithèse avec le lieu froid et âpre du départ.

Les héros croient être revenus à leur point de départ, d’après les indications de l a boussole , mais il n’en est rien. Et c’est Axel qui découvre (encore une fois, et encore par hasard) l’explication scientifique des faits: c’est parce que l’électricité de la foudre a inversé les pôles.

Axel s’est transformé dans le voyage : «L’âme du professeur avait passé toute entière en moi. Le génie des découvertes m’inspirait. J’oubliais le passé, je dédaignais l’avenir» (chapitre 11). Et Axel se marie avec Graüben, comme dans les contes.

Proposition de textes-clefs

- la descente aux enfers:

Chapitre 24, de «La marche fut reprise le jeudi» à faite de mains d’hommes»

Chapitre 30, de «Je me souviens alors» à «d’une certaine quantité d’effroi»

Chapitre 44, de «Tout ce que je puis affirmer» à «leurs membres dans les airs»

-épreuves initiatiques:

Chapitre 21, de «Mais je voyais déjà» à «En route.»

Chapitre 27, de «Perdu dans ce labyrinthe» à «sentiment d’existence!»

Chapitre 28, de «Relève-toi donc» à «je perdis connaissance»

- guides et signes

Chapitre 4, de «J’étais en proie à une sorte d’hallucination» à Jamais! Jamais!»

Chapitre 39, de «Axel, reprit-il» à «du hard et fantastique voyageur»

Parcours associé «Science et fiction»

● Représenter la science dans le récit

George Sand, Laura, v oyage dans le cristal, 1864. Ce récit de voyage fantastique et romantique reflète l'intérêt de l'auteure pour la minéralogie et les sciences naturelles en général.

Emile Zola, Le Roman expérimental, 1880. Cet essai présente les lignes de force qui sous-tendent toute l’œuvre de l’auteur. Zola explique qu'il a pris le parti du naturalisme , doctrine par laquelle il essaie d'élever la littérature au rang de science exacte, puisqu’elle est un outil d'analyses des actions humaines.

● Représenter la science aux frontières du réel: fantastique et science-fiction

Edgar Poe, Le Scarabée d’or , 1843. La découverte d'un message mystérieux donne lieu à un récit qui mêle suspense et cryptologie .

Barjavel, La Nuit des temps , 1968. Ce roman de science-fiction met en scène une expédition scientifique française au pôle nord. Or, les sondes enregistrent un signal provenant du sous-sol. Les spécialistes venus du monde entier creusent la glace à la recherche du mystère.

● Mettre la science en question au travers du récit

François Rabelais, Pantagruel, Chapitre 8 «Lettre de Gargantua à Pantagruel», 1532. Dans cette lettre fictive, Gargantua recommande à son fils Pantagruel de s’engager dans ses études et dans les champs vastes de la connaissance, mais en faisant preuve d’une sagesse typique de l’humanisme, car «science sans conscience n’est que ruine de l’âme».

Voltaire, Micromégas, 1752. Ce conte philosophique raconte le voyage sur la Terre de Micromégas, jeune géant venu de l'étoile Sirius. Cet extra-terrestre porte un regard distancié et critique sur ce qu’il découvre sur la petite planète bleue. La satire met à mal le pédantisme et l’orgueil du discours des scientifiques , qui manquent parfois du bon sens le plus élémentaire.

CE QU’IL FAUT RETENIR

- Le roman multiplie les références à la réalité.

- Par ailleurs, plusieurs éléments de narratologie créent l’illusion du réel.

● Les éléments scientifiques du roman: cryptologie, géologie, paléontologie

Envie de continuer à réviser ?

Inscris-toi et accède gratuitement à toutes nos fiches, quiz annales du bac !

Les autres fiches de révisions en français

  • Beaumarchais, le mariage de figaro, 1784
  • Objet d’étude: le personnage, esthétique et valeurs - œuvre intégrale: le rouge et le noir, stendhal, 1830. - parcours associé «le personnage, esthétique et valeurs»
  • Enfance, nathalie sarraute, 1983
  • Baudelaire, les fleurs du mal, 1857
  • Jean de la fontaine, fables, livres vii à xi
  • Marguerite yourcenar, mémoires d’hadrien
  • Montesquieu, les lettres persanes, 1721
  • Jean racine, phèdre, 1677
  • Samuel beckett, oh les beaux jours, 1963
  • Le théâtre du xviie au xxie siècle
  • Le roman et le récit du moyen âge au xviie siècle.
  • La poésie du xixe au xxie siècle
  • La littérature d’idées du xvie au xviiie siècle
  • Le roman et le récit du moyen-âge au xxie siècle
  • Montaigne, essais, «des cannibales» (i,31), «des coches» (iii,6), 1580
  • Madame de la fayette, la princesse de clèves, 1678
  • Victor hugo, les contemplations, livres i à iv
  • Guillaume apollinaire, alcools, 1913
  • Enseignant / Professionnel de l’enseignement

Élève / Parent d’élève

Variation Image

Voyage au centre de la Terre

En 1863, le professeur Lidenbrock fait une surprenante découverte : un morceau de parchemin, signé de la main du grand savant Arne Saknussem, indique le chemin pour arriver au centre de la Terre. Le professeur, son neveu Axel et leur guide Hans décident alors de suivre les pas du savant et s’enfoncent dans le cratère islandais du Snæfell, curieux de découvrir ce qu’abritent les entrailles du globe…

La collection  Boussole Cycle 3  propose : - des  livres richement illustrés  qui invitent les enfants de CM1-CM2 à devenir des lecteurs confirmés; - des  textes de qualité pour transmettre le plaisir de lire  et construire une culture littéraire et artistique ; - un catalogue composé d’ œuvres patrimoniales et de littérature jeunesse  contemporaine ; - dans chaque ouvrage  un dossier de lecture et des ouvertures culturelles  pour prolonger le plaisir de la lecture.

Vous utilisez cet ouvrage en classe ?

Vous devez être connecté pour ajouter cet ouvrage, commande et caractéristiques, les compléments pédagogiques associés, guide pédagogique "voyage au centre de la terre", affiches "voyage au centre de la terre", couverture "voyage au centre de la terre".

Logo Belin

Bienvenue sur le site Belin Education Pour bien vous orienter, dites nous qui vous êtes

Enseignant /Professionnel de l’enseignement

Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

  • 1. D'un volcan à l'autre
  • 2. Un voyage initiatique
  • 3. Bibliographie

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, Jules Verne Fiche de lecture

Un voyage initiatique.

Voyage au centre de la Terre peut naturellement se lire au premier degré, comme une simple « histoire extraordinaire », ponctuée de planches qui ont fait rêver des générations d'adolescents. Il est cependant difficile de ne pas percevoir la signification symbolique d'un récit qui, par bien des aspects, renvoie aux mythes les plus universels comme aux pulsions les plus archaïques. Avant tout, le roman ressortit au récit d' initiation , dont il reprend la structure et la plupart des motifs. Axel, le jeune novice subit un certain nombre d'épreuves dont il sortira vainqueur. Comme souvent, le rite initiatique a pour objet le passage de l'enfance à l'âge adulte, passage dont le mariage (ici avec Graüben) est à la fois la récompense et l'attestation. Pour cela, le jeune garçon doit « tuer le père », c'est-à-dire prendre sa place : à la fin du roman, c'est Axel qui donnera des explications à son oncle médusé. Quant aux épreuves, elles peuvent toutes se résumer en une seule, centrale : l'épreuve de la mort. Le néophyte doit en effet « mourir », se dépouiller de ce qu'il est, pour mieux renaître « autre », expérience décisive à laquelle Axel n'échappe pas : « Après plusieurs heures, à bout de forces, je tombai comme une masse inerte le long de la paroi, et je perdis tout sentiment d'existence ! Quand je revins à la vie, mon visage était mouillé, mais mouillé de larmes. » Or, dans les mythes, cette épreuve prend souvent la forme d'un engloutissement (par un monstre) ou, ce qui revient à peu près au même, d'une descente « dans les entrailles de la terre » (ainsi pour Ulysse, Jason, Héraclès, Orphée...). Il existe au moins deux raisons à cela : d'une part, le voyage aux Enfers met le jeune homme en relation avec les ancêtres morts, lui permettant ainsi de nouer les fils du passé et du présent et de trouver sa place dans la filiation. D'autre part, le séjour in inferno est aussi régression ad uterum  : il s'agit bien en effet d'opérer d'abord un retour à l'origine, de retourner à l'intégrité primordiale, pour mieux s'arracher à la puissance maternelle (expulsé par le monstre, rejeté par la terre : ici, le volcan recrache littéralement les explorateurs) et devenir enfin un homme à part entière.

On aura reconnu les grandes lignes du roman de Jules Verne. Dans les deux cas, le mouvement dans l'espace se double d'un déplacement dans le temps : et comme, fidèle en cela à l'esprit du mythe, Verne fait du trio d'aventuriers les représentants de l'espèce humaine, c'est tout naturellement que ceux-ci retrouvent le passé le plus lointain de l'humanité. Si Voyage au centre de la Terre nous parle encore aujourd'hui, enfants et adultes confondus, c'est sans doute plus par cette dimension mythique que par le savoir « scientifique » qu'il prétend transmettre, même si cet aspect n'est pas inintéressant, à titre de témoignage historique sur l'état des connaissances – physiques, biologiques, paléontologiques – en cette seconde moitié du xix e  siècle.

— Guy BELZANE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

  • Guy BELZANE : professeur agrégé de lettres

Carte mentale Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

Pour citer cet article

  • APA (7 ème version)
  • Chicago Style

Guy BELZANE. VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, Jules Verne - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis . Disponible sur : (consulté le )

BELZANE, G.. VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, Jules Verne - Fiche de lecture . Encyclopædia Universalis . (consulté le )

BELZANE, Guy. «  VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, Jules Verne - Fiche de lecture  ». Encyclopædia Universalis . Consulté le .

BELZANE, Guy. «  VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, Jules Verne - Fiche de lecture  ». Encyclopædia Universalis [en ligne], (consulté le )

Article mis en ligne le 24/06/2002 et modifié le 10/02/2009

Autres références

LITTÉRATURE NUMÉRIQUE

  • Écrit par Jean CLÉMENT et Alexandra SAEMMER

VERNE JULES (1828-1905)

  • Écrit par Marc SORIANO

Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Accédez à l'intégralité d'Universalis.fr sans publicité

2- Le temps du récit Combien de temps dure l'ensemble du récit? Relever, en vous aidant du tableau, les indications du temps qui vous permettent de vous repérer dans le temps? Quelle durée supplémentaire pourrait-on rajouter, due à une prise de conscience d'Axel concernant la boussole?

3- Le rythme du récit Citer un épisode dans le récit, durant la descente sous terre, qui ne dure que quelques heures mais prend plusieurs pages. Pourquoi une telle importance donnée à cette étape? Citer un épisode du récit qui dure plus longtemps mais ne prend que quelques lignes pour être raconté.

4- La double temporalité On peut dire que, dans cette oeuvre, il y a une double temporalité : celle du temps de l'aventure, mais aussi, par rapport à l'Histoire ................................... ( compléter). Plus que le centre de la terre, les aventuriers découvrent ........................................................ (compléter). Quel autre livre de Jules Verne, un des fondateurs de ce que l'on appellera plus tard la science-fiction, pourrait être l'exact inverse de Voyage au centre de la Terre ? Chercher le sous-titre de ce livre.

5- Le temps et l'espace Que remarquez-vous, au niveau de la relation entre l'espace et le temps dans ces deux livres? Enfin, quel troisième livre de Jules verne, permet de faire le tour de la terre? A nouveau, quelle relation pouvez-vous faire entre le temps et l'espace? Quels sont les outils pour se repérer dans le temps et l'espace amenés parLlidenbrock? Pourquoi ces outils? Quel est le moyen utilisé pour dominer les lieux découverts? Citer les lieux ainsi domestiqués.

Retour à l'index

Fiche sur Voyage au centre de la Terre : résumé et analyse

Voyage au centre de la terre    est un Roman de Jules Verne (1828-1905), publié à Paris chez Hetzel en 1864. Deuxième grand roman de la série des «Voyages extraordinaires», évoquant une descente au creux maternel de la Terre, l’œuvre se charge d’un imaginaire aussi délirant qu’inquiétant, dont le sens symbolique apparaît comme une invite irrésistible à l’interprétation.

Résumé du roman 

Le 24 mai 1863, le professeur Lidenbrock, minéralogiste au Johannaeum de Hambourg, et son neveu, Axel, découvrent un étrange grimoire signé d’un fameux alchimiste islandais du XVIe siècle: Arne Saknussemm. Ils y apprennent la possibilité d’atteindre le centre de la Terre. Ils se lancent aussitôt dans la folle entreprise, au mépris de toutes les objections scientifiques qu’elle soulève (chapitres 1-8).

Les voici en Islande où, en compagnie de Hans, un guide dévoué et intrépide, ils s’enfoncent dans les entrailles d’un volcan éteint, le Sneffels, sur les traces d’Arne Saknussemm. Ils pénètrent alors dans un monde aussi fascinant que dangereux. Ils manquent mourir de soif, s’égarent dans un labyrinthe de galeries. Mais contre toute attente, au lieu de s’élever, la température des profondeurs terrestres se maintient à un degré parfaitement tolérable (chapitres 9-29).

Ils traversent des forêts d’immenses champignons, de fougères et d’arbres primitifs, pleines d’extraordinaires fossiles. Ils naviguent même sur un océan souterrain, peuplé de monstres préhistoriques. Une affreuse tempête les jette sur un rivage, hanté par un troupeau de mastodontes gardé par un géant. La signature d’Arne Saknussemm les y attendait, gravée dans le roc. Le scepticisme d’Axel en est ébranlé, pendant que Lidenbrock se montre de plus en plus exalté (chapitres 30-40).

Les explorateurs doivent s’ouvrir un passage à l’explosif. Entraînés sur un radeau dans la cheminée d’un volcan, ils sont ramenés par une éruption à la surface de la Terre. Ils se retrouvent ainsi, le 28 août, aux abords de l’île Stromboli, en Méditerranée, à «plus de douze cents lieues de leur point de départ». Lidenbrock connaît une gloire internationale, pendant qu’Axel, mûri par l’expérience, épouse Graüben, filleule du savant (chapitres 41-45).  

Analyse de Voyage au centre de la terre

Par rapport à l’inspiration la plus fréquente dans l’univers de Jules Verne, à son didactisme habituel, le lecteur se trouve ici profondément dépaysé. De fait, Voyage au centre de la Terre apparaît comme un roman tournant résolument le dos à la rationalité scientifique. Malgré les thèses de Poisson et d’autres «véritables savants», évoquées par Lidenbrock pour nier l’état de fusion interne du globe terrestre, celle-ci ne fait guère de doute dès avant 1864. Axel lui-même refusera jusqu’au bout d’adhérer aux conceptions de son oncle. Tout en s’avouant étonné par ce qu’il a vu et éprouvé, il affirme encore après son aventure: «En dépit de ce que j’ai vu, je crois et je croirai toujours à la chaleur centrale.»

Le personnage du savant, tel que l’incarne Lidenbrock, ne fait rien pour lever cette ambiguïté. Son caractère est excentrique, emporté. Il manifeste dans tous ses actes et dans toutes ses convictions une évidente démesure. On est frappé par sa naïveté, quand il s’engage dans la quête la plus insensée sur la foi d’un manuscrit aux origines incertaines. Il fait rire jusqu’à ses proches par ses défauts de langue. Suprême dérision, même la célébrité que lui vaudront ses exploits se trouvera ternie par la proposition de M. Barnum: «“L’exhiber” à un très haut prix dans les États de l’Union.» Autant de traits qui lui confèrent un aspect plus caricatural que crédible. D’ailleurs, il ne parvient ni à déchiffrer la signification du grimoire, révélée accidentellement à Axel, ni à expliquer le dérèglement de la boussole, lui aussi compris par son neveu. De plus, en voulant démentir la science moderne par l’alchimie médiévale, Lidenbrock se comporte avec une inconséquence choquante, aux yeux du scientisme positiviste du XIXe siècle.

D’ailleurs, quel savoir tirer d’une telle équipée? Aucune leçon de géographie amusante, ici. Les héros peuvent bien s’entretenir parfois de géologie ou de paléontologie, c’est toujours à la limite du rêve que leur discours les entraîne. Le monde qu’ils décrivent reste jusque dans sa substance plus imaginaire que réel. Comment analyser avec réalisme une nature surnaturelle? «Je croyais assister, remarque Axel, dans quelque planète lointaine, Uranus ou Neptune, à des phénomènes dont ma nature “terrestrielle” n’avait pas conscience.»

En fait, s’agissant de l’exploration d’un non-lieu, on doit se demander si l’ailleurs visité ne représente pas davantage le temps qu’un espace. Toute l’errance des trois personnages paraît en effet marquée d’une sorte de rétrogradation générale. Elle leur permet ainsi de revenir aux temps préhistoriques, aux âges primitifs. Leur voyage les entraîne au plus profond des strates géologiques, aux origines obscures du Cosmos: «Les siècles s’écoulent comme des jours! Je remonte la série des transformations terrestres.» Cette régression s’accompagne même d’un retour de l’individu sur lui-même, avant son existence, d’une redécouverte de l’état fœtal. L’immense caverne envahie par les eaux sur lesquelles ils naviguent, matrice gigantesque d’une vie toujours renouvelée depuis l’aube des temps, en est l’image la plus saisissante. En donnant leurs noms aux éléments de ce monde secret — «Port-Graüben», «îlot Axel» —, les héros semblent soucieux d’enraciner leur identité au cœur de ces ténèbres originelles. Ils gagnent ainsi le droit de renaître, comme paraît le figurer l’éruption qui les ramène au jour, accouchement symbolique par lequel ils sont rendus à la réalité.

L’aventure aura en fait correspondu à la durée d’une maturation nécessaire pour Axel, qui décrit au début du roman son «caractère un peu indécis». L’œuvre acquiert par là une dimension initiatique que d’aucuns n’hésiteraient pas à faire valoir par rapport à l’écrivain lui-même. Pour Mireille Gouaux-Coutrix, en transposant à travers la symbolique du récit les problèmes de son vécu et de son art, le romancier fait l’expérience de soi: «Désormais Verne, comme Axel, possède l’instrument de son équilibre et de son épanouissement. Il est le détenteur d’une science secrète, non point celle de la révolution technologique, ni celle de la pierre philosophale; mais bien plutôt celle des sources profondes où vient s’alimenter la créativité dont l’écriture jaillit: il est le maître du signifiant» («Voyage au centre de la Terre» comme autoanalyse). À quoi servent les atlas et les dictionnaires pour nommer des choses qui n’existeraient pas si le poète ne les avait pas dites? Pourtant, les dire suffit à les créer. Propriété de l’écrivain, le langage est sans doute plus vaste que l’univers connu par la science. Narrateur de l’expédition, Axel s’y affirme comme le plus grand découvreur. C’est lui, par exemple, qui trouve le poignard abandonné par Arne Saknussemm, et qui, malgré les doutes qui le tenaillent, fournit sans arrêt de nouveaux motifs pour aller plus loin: «Un feu intérieur se ranima dans ma poitrine! J’oubliais tout, et les dangers du voyage, et les périls du retour. Ce qu’un autre avait fait, je voulais le faire aussi, et rien de ce qui était humain ne me paraissait impossible!» Ce «feu intérieur» auquel il croit sans le rencontrer dans la nature, c’est dans son cœur qu’il en voit l’évidence.

Dès lors, la contradiction apparente entre rêve et réalité peut se résoudre: «— C’est merveilleux!», s’exclame Axel. «— Non, c’est naturel», lui répond Lidenbrock. Leur débat n’a pas lieu d’être si l’on suppose que l’imaginaire est un détour nécessaire pour parvenir plus sûrement au réel. Nous ne pouvons prendre pied dans l’existence qu’au terme d’un chemin passant obligatoirement par le mythe et sur lequel un père charnel ou légendaire nous a forcément précédés.

D. GIOVACCHINI

Articles liés à Jules Verne

Fiche sur L'île Mystérieuse : résumé par chapitres et analyse

Fiche de lecture sur Vingt mille lieues sous les mers : résumé détaillé et analyse

Michel Strogoff de Jules Verne : résumé et analyse

LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC

  • Archives du BAC (43 528)
  • Art (11 059)
  • Biographies (6 177)
  • Divers (47 452)
  • Histoire et Géographie (17 971)
  • Littérature (30 268)
  • Loisirs et Sports (3 295)
  • Monde du Travail (32 157)
  • Philosophie (9 543)
  • Politique et International (18 650)
  • Psychologie (2 956)
  • Rapports de Stage (6 974)
  • Religion et Spiritualité (1 441)
  • Sante et Culture (6 435)
  • Sciences Economiques et Sociales (23 576)
  • Sciences et Technologies (11 297)
  • Société (10 929)
  • Page d'accueil
  • / Archives du BAC
  • / BAC Français

Voyage au centre de la terre Verne

Par Pascaline Jacomme   •  19 Août 2020  •  Fiche de lecture  •  593 Mots (3 Pages)  •  1 231 Vues

PARCOURS DE LECTURE   VOAYGE AU CENTRE DE LA TERRE   DE JULES VERNE

Image du site Futura Sciences

L'espace-temps de Minkowski

La relativité générale d'Einstein

La relativité générale d'Einstein

Le pont d'Einstein-Rosen et les trous de ver de Wheeler-Misner

Le pont d'Einstein-Rosen et les trous de ver de Wheeler-Misner

L'univers de Gödel et la solution de Kerr

L'univers de Gödel et la solution de Kerr

Les singularités en relativité générale et le cylindre de Tipler

Les singularités en relativité générale et le cylindre de Tipler

Le rayonnement de Hawking

Le rayonnement de Hawking

Mécanique quantique et fluctuations du vide

Mécanique quantique et fluctuations du vide

Voyage dans le temps : l'article de Morris-Thorne-Yurtsever

Voyage dans le temps : l'article de Morris-Thorne-Yurtsever

Le LHC en 2012 : des trous noirs et des trous de ver en laboratoire ?

Le LHC en 2012 : des trous noirs et des trous de ver en laboratoire ?

Singularités et trou de ver : remerciements et bibliographie

Singularités et trou de ver : remerciements et bibliographie

au sommaire

La science-fiction fait grand usage du voyage dans le temps ainsi que du concept de trous de ver, des raccourcis dans l'espace-temps permettant de contourner la limitation de la vitesse des trajets interstellaires imposée par les lois de la relativité restreinte.

S'agit-il de quelque chose de totalement impossible, sommes-nous condamnés à ne voir des machines temporelles ou des «  portes portes des étoiles » qu'au cinéma ?

L'objet de ce dossier est d'examiner à partir des données les plus récentes de la physique théorique moderne ce qui est crédible et ce qui ne l'est pas. La théorie de la relativité, surtout celle traitant de la gravitation gravitation (c'est-à-dire la relativité générale relativité générale d' Einstein Einstein ), sera notre guide tout au long de notre voyage vers la nature de l'espace et du temps.

Les deux dossiers de Futura-Sciences sur la théorie d'Einstein ( relativité restreinte et relativité générale ) ) sont des lectures conseillées avant d'aborder ce qui va suivre. Ils sont indispensables pour quiconque n'a jamais lu quoi que ce soit sur la relativité.

Peut-on voyager dans le temps grâce aux trous noirs ? © DR

Nous essaierons dans un premier temps de voir s'il est réaliste de voyager dans le temps ou dans l'espace à partir d'un trou noir trou noir . Jusqu'à récemment, c'est ainsi que la science-fiction permettait à ses personnages de s'affranchir des limites de l'espace-temps.

Pour cela nous devrons explorer un peu la partie de la relativité qui traite des singularités.

On verra également que l'idée de voyager dans le temps à l'aide des effets prédits par la relativité générale est ancienne, bien qu'il ait fallu attendre le milieu des années 1980 pour voir apparaître les premières discussions vraiment sérieuses sur la façon de s'y prendre pour voyager à l'aide de distorsions de la structure de l'espace et du temps.

Page suivante

Image du site Futura Sciences

• 20/03/2006

Chimie, énergie, environnement : la recherche appliquée et la R&D sont au cœur de la croissance de demain. Des domaines de spécialisation qui offrent de bons débouchés. © Fotolia

Actualité de l'emploi

Bac +5 : sciences, les secteurs d'emplois de demain

question réponse

• 30/01/2020

Une vue d'artiste d'un trou de ver connectant deux univers. © vchalup, Fotolia

Astrophysique

Le trou noir au centre de la Voie lactée est-il un trou de ver ?

• 21/11/2022

Illustration de la naine rouge ultrafroide Trappist-1 et de ses sept planètes rocheuses. © Nasa, JPL-Caltech, R. Hurt (IPAC)

Exoplanètes

Combien de temps durerait un voyage vers Trappist-1 ?

• 08/09/2018

Expédition de Magellan : un dessin de la Victoria datant de 1590. © Ortelius, Wikimedia Commons, Domaine public

Quel fut le voyage de Magellan ?

• 27/01/2018

Gravure représentant Jacques Cartier. Le navigateur a pris part à trois expéditions en Amérique du Nord. © Pierre-Louis Morin, Wikimedia Commons, DP

Époque moderne

Quel fut l'itinéraire du voyage de Jacques Cartier ?

• 09/05/2014

© ESO/WFI (Optical) MPIfR/ESO/APEX/A.Weiss et al. (Submillimetre) NASA/CXC/CfA/R.Kraft et al. (X-ray) CC BY 4.0

Trou noir, dossier introductif

• 11/04/2002

Sciences, sectes et religion

Philosophie

Sciences, sectes et religion

• 30/01/2003

Illustration de l’« évènement de rupture par effet de marée » qui s’est produit il y a 150 millions d’années dans la galaxie NGC 3690. Le trou noir supermassif a déchiqueté une étoile. Environ la moitié de sa matière s’est enroulée autour de l’horizon du trou noir et l’autre moitié est expulsée par les pôles. © Nrao, AUI, NSF, Nasa

Des étoiles survivent de façon inattendue à la destruction par des trous noirs supermassifs

• 04/12/2021

Page d'accueil de Futura-Voyage : chroniques, escapades, dossiers, vidéos, photos... Partez à la découverte de ce nouveau magazine de Futura-Sciences. © Futura-Sciences

Le voyage, une nouvelle bulle de savoir sur Futura-Sciences

• 19/11/2013

Un trou de ver (wormhole en anglais) traversable connecte deux régions de l'espace-temps. © vchalup, fotolia

Théorie de la relativité générale

Les trous de ver permettent-ils de voyager entre les étoiles ?

• 10/09/2018

Les années 2030 : c'est pendant cette période que certains associent à la réalisation d'une mythique singularité technologique, que se déroulent les aventures du major Motoko Kusanagi dans le manga Ghost in the Shell. Dans cette scène extraite du film du même nom, le major devient invisible grâce à un dispositif thermo-optique. © Production I.G

Buzz : le bouclier d'invisibilité spatiotemporel

• 06/01/2012

Entrée du virus de la stomatite vésiculeuse dans la cellule hôte. (1) Fixation du virus à la membrane cellulaire : la glycoprotéine G reconnaît un récepteur à la surface de la cellule (2) Endocytose du virus (3) La fusion, qui permet la libération de l'in

Evolution virale : les singularités de la protéine G

• 21/07/2006

Un peu de plutonium suffit pour que les héros de Retour vers le futur puissent voyager dans le temps. Si la physique n'interdit pas rigoureusement de tels voyages, il semble qu'ils soient réserver aux particules d'antimatière comme les positrons. Pour des objets macroscopiques, il faudrait qu'il traverse des trous de vers mais il faudrait bien plus que l'énergie produite par le Soleil pour en ouvrir un. © DR

Dossier : peut-on ouvrir une porte vers les étoiles grâce à un trou de ver ?

• 12/09/2012

Anne Caraccio essaie une combinaison de sortie martienne lors de la mission Hi-SEAS II. Elle vient de quitter le dôme dans lequel vivront enfermés les six membres de la quatrième mission. © HI-SEAS

Astronautique

Voyage immobile vers Mars : un Français enfermé un an

• 30/08/2015

La sélection de la

La connectivité verte est au cœur des enjeux environnementaux du secteur du numérique. © Yj, Adobe Stock

La connectivité verte pour plus de sobriété numérique

Le cancer du sein touche une femme sur huit dans le monde. © New Africa, Adobe Stock

Jeunes Pousses

Cette innovation pourrait révolutionner la reconstruction mammaire !

L'application Plume a été développée avec le ministère de l'Éducation nationale et le CNRS. © JustLife, Adobe Stock

L’application qui redonne le goût de l’écriture aux enfants

Les toitures végétales jouent un rôle d’ombrage de la toiture et le substrat isole sensiblement. © CHUTTERSNAP, Unsplash

Cette méthode naturelle permet de garder votre maison fraîche sans dépense d’énergie

AI Steve, un candidat virtuel à l’élection générale au Royaume-Uni, et avatar de Steve Endacott. © AI Steve

Technologie

Quand l’intelligence artificielle se lance dans la politique

La recharge du vélo s’effectue en remplaçant le réservoir d’hydrogène. © HydroRide Europe

SmartMotion

Ces vélos électriques roulent à l’hydrogène et se rechargent en 10 s (ou presque) !

Quelque 330 000 personnes étaient sans abri en France en 2023. © Freepik

Solly, la carte de paiement qui facilite les dons pour les sans-abri

Le transport aérien représente 2,6 % des émissions de CO2 mondiales. © kasto, Adobe Stock

Vers un horizon plus vert avec l’avion à moteur électrique

Transmettre la culture

est le plus vieux métier du monde

Inscrivez-vous à la lettre d'information La quotidienne pour recevoir toutes nos dernières Actualités une fois par jour.

À voir aussi

singularites de terre

voyage ds temps

voyage dans temps

voyage de darwin

voyage en islande

voyage espace

voyage dans temps possible

livre sur voyage dans temps

forum voyage dans temps

ti voyage 200

Définitions associées

  • Ce que "relativité restreinte" veut dire
  • Définition de "espace-temps"
  • Une Étoile : la définition
  • La physique : qu'est-ce que c'est ?
  • C'est quoi, la vitesse ?

myMaxicours

Situer son récit dans le temps et dans l'espace

Collège   >   5eme, 4eme, 3eme   >   Français   >   Situer son récit dans le temps et dans l'espace

  • Fiche de cours
  • Quiz et exercices
  • Vidéos et podcasts

Vote en cours...

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par myMaxicours !

Évalue ce cours !

Nous sommes désolés que ce cours ne te soit pas utile

N'hésite pas à nous écrire pour nous faire part de tes suggestions d'amélioration

Puisque tu as trouvé ce cours utile

Je partage à mes amis

Des quiz et exercices pour mieux assimiler sa leçon

La plateforme de soutien scolaire en ligne myMaxicours propose des quiz et exercices en accompagnement de chaque fiche de cours. Les exercices permettent de vérifier si la leçon est bien comprise ou s’il reste encore des notions à revoir.

S’abonner

Des exercices variés pour ne pas s’ennuyer

Les exercices se déclinent sous toutes leurs formes sur myMaxicours ! Selon la matière et la classe étudiées, retrouvez des dictées, des mots à relier ou encore des phrases à compléter, mais aussi des textes à trous et bien d’autres formats !

Dans les classes de primaire, l’accent est mis sur des exercices illustrés très ludiques pour motiver les plus jeunes.

Des quiz pour une évaluation en direct

Les quiz et exercices permettent d’avoir un retour immédiat sur la bonne compréhension du cours. Une fois toutes les réponses communiquées, le résultat s’affiche à l’écran et permet à l’élève de se situer immédiatement.

myMaxicours offre des solutions efficaces de révision grâce aux fiches de cours et aux exercices associés. L’élève se rassure pour le prochain examen en testant ses connaissances au préalable.

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Des vidéos et des podcasts pour apprendre différemment

Certains élèves ont une mémoire visuelle quand d’autres ont plutôt une mémoire auditive. myMaxicours s’adapte à tous les enfants et adolescents pour leur proposer un apprentissage serein et efficace.

Découvrez de nombreuses vidéos et podcasts en complément des fiches de cours et des exercices pour une année scolaire au top !

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Des podcasts pour les révisions

La plateforme de soutien scolaire en ligne myMaxicours propose des podcasts de révision pour toutes les classes à examen : troisième, première et terminale.

Les ados peuvent écouter les différents cours afin de mieux les mémoriser en préparation de leurs examens. Des fiches de cours de différentes matières sont disponibles en podcasts ainsi qu’une préparation au grand oral avec de nombreux conseils pratiques.

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Des vidéos de cours pour comprendre en image

Des vidéos de cours illustrent les notions principales à retenir et complètent les fiches de cours. De quoi réviser sa prochaine évaluation ou son prochain examen en toute confiance !

Profs en ligne

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Illustration écolière avec livre

Fiches de cours les plus recherchées

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Le récit réaliste

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Comprendre les consignes et y répondre

Faire une recherche au CDI

Réussir une intervention orale collège

Améliorer son brouillon

Écrire un portrait

Les noms terminant par -s au singulier

Les prépositions et les conjonctions - Lycée - Espagnol

Choisir un livre

Écrire un article de presse

Accédez gratuitement à

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Tout le contenu gratuit pendant 24h !

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Exercices corrigés

Espace parents

Quiz interactifs

Podcasts de révisions

Cours en vidéo

Fiches de cours

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Merci pour votre inscription

* Votre code d'accès sera envoyé à cette adresse e-mail. En renseignant votre e-mail, vous consentez à ce que vos données à caractère personnel soient traitées par SEJER, sous la marque myMaxicours, afin que SEJER puisse vous donner accès au service de soutien scolaire pendant 24h. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre charte .

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre charte .

  • Résumé de livres
  • Écrire un livre
  • Guillaume Apollinaire
  • Honoré de Balzac
  • Charles Baudelaire
  • Pierre-Augustin de Beaumarchais
  • Albert Camus
  • Federico García Lorca
  • Gabriel García Márquez
  • Laurent Gaudé
  • Victor Hugo
  • Guy de Maupassant
  • abbé Prévost

Résumé du livre Voyage au Centre de la Terre, de Jules Verne

« Voyage au Centre de la Terre » est un roman d’aventures de l’écrivain français Jules Verne, publié en 1864. Cette œuvre emblématique de la littérature de science-fiction nous plonge dans l’univers fascinant du professeur Otto Lidenbrock et de son neveu Axel, qui entreprennent un voyage extraordinaire au sein des entrailles de notre planète.

À travers cette aventure captivante, Verne explore les notions de découverte, d’exploration scientifique et d’audace, tout en laissant la porte ouverte à une réflexion sur la curiosité humaine et les limites de notre compréhension de la nature. Dans cette analyse, nous plongerons plus profondément dans les thèmes, les personnages et le style narratif de ce classique de la littérature, pour en comprendre toute la richesse et la pertinence à travers les siècles.

Résumé court de Voyage au Centre de la Terre

Le professeur Otto Lidenbrock, scientifique passionné, découvre un manuscrit runique ancien contenant des indications mystérieuses sur un voyage vers le centre de la Terre. Intrigué par cette découverte, il décide de suivre les instructions du manuscrit en compagnie de son neveu Axel. Le duo entreprend alors un voyage périlleux.

Ils se rendent d’abord en Islande, où ils recrutent Hans Belker, un guide expérimenté, pour les accompagner à travers les terres sauvages du pays. Ensemble, ils descendent dans le cratère du volcan Sneffels. Là, ils découvrent un monde souterrain fascinant , peuplé de créatures préhistoriques et de phénomènes géologiques stupéfiants.

Au cours de leur exploration, ils affrontent de nombreux défis, notamment des tempêtes magnétiques , des précipices , des labyrinthes de tunnels et des précipitations de minéraux en fusion . Leur quête pour trouver un chemin de retour vers la surface les conduit à des découvertes étonnantes, notamment un océan souterrain et une forêt pétrifiée .

Le roman explore les thèmes de la curiosité humaine, de la persévérance et de la découverte scientifique, tout en exposant les limites de notre compréhension de la nature. Jules Verne captive les lecteurs avec des descriptions saisissantes du monde souterrain, mêlant habilement l’aventure, la science et l’exploration.

Voyage au Centre de la Terre : résumé par chapitre

Le roman comporte un total de 45 chapitres.

Chapitre 1 : Le professeur et sa famille

Le narrateur Axel vit avec son oncle le professeur Liedenbrock dans une grande maison ancienne à Hambourg, en Allemagne, avec la cuisinière Martha et la filleule de Liedenbrock, Gräuben. Liedenbrock a remplacé le père décédé d’Axel et nourrit l’intérêt d’Axel pour la science avec un accent particulier sur la minéralogie et la géologie.

Liedenbrock est professeur de minéralogie au Johannæum de Hambourg. Axel le décrit comme un « érudit avare » plus intéressé à sa propre édification qu’à l’instruction de ses élèves. Malgré le caractère tumultueux de Liedenbrock, lui et son neveu s’entendent bien. Un jour, Liedenbrock entre dans la maison, se précipite dans son bureau et crie à Axel de le rejoindre.

Chapitre 2 : Un mystère à résoudre à tout prix

Axel entre dans le bureau du professeur Liedenbrock. Liedenbrock explique qu’il a trouvé un livre ancien écrit dans une vieille écriture islandaise appelée Runic. Le livre contient un petit morceau de parchemin dans une écriture similaire. Liedenbrock est convaincu que le parchemin recèle un secret important pour la science. Axel veut descendre et dîner ensemble avant de commencer le processus de traduction mais Liedenbrock refuse de le rejoindre. Juste après qu’Axel ait fini son dîner, il entend Liedenbrock crier pour lui sur un ton encore plus excité.

Chapitre 3 : L’écriture runique exerce le professeur

Le professeur Liedenbrock révèle à Axel qu’il a identifié l’écriture runique utilisée sur le parchemin. Il dicte une traduction à son neveu mais le résultat final est un charabia. Au lieu de se décourager, Liedenbrock considère ce résultat comme une confirmation que le parchemin est un cryptographe ou un message codé. Un examen plus approfondi du livre révèle qu’il a été écrit par un professeur d’alchimie du XVIe siècle nommé Arne Saknussemm. Liedenbrock est déterminé à ce que ni lui ni Axel ne mangent ou ne dorment jusqu’à ce que la traduction soit terminée, alors Axel se résigne à aider à la traduction.

L’esprit d’Axel s’égare en pensant à Gräuben, qui est son meilleur ami et futur conjoint. Son oncle dit à Axel d’écrire une phrase au hasard pour que Liedenbrock puisse tester sa méthode de traduction. Axel écrit involontairement une phrase proclamant son amour pour Gräuben. Jusqu’à présent, Liedenbrock ignorait les sentiments de son neveu pour Gräuben. Il est surpris par la phrase mais il reporte rapidement son attention sur le parchemin. Après l’échec de la tentative de Liedenbrock de traduire le code, il quitte la maison en trombe, à la grande confusion de son neveu.

Chapitre 4 : L’ennemi doit être affamé et soumis

La cuisinière Martha est bouleversée par la nouvelle que le professeur Liedenbrock et Axel ne mangeront pas tant qu’ils n’auront pas traduit le parchemin. Axel décide que la seule chose à faire est de traduire le document le plus rapidement possible. Il trouve des mots dans plusieurs langues, dont l’hébreu, le français et le latin, lorsqu’il réorganise les lettres sur le parchemin. Juste au moment où il est sur le point d’abandonner, il regarde la transcription du court passage du parchemin de l’autre côté du papier.

Il se rend compte que le texte est écrit à l’envers. Le message caché bouleverse Axel au point qu’il envisage de brûler le parchemin. Il est certain que les connaissances contenues dans ce morceau de papier pourraient s’avérer être la ruine de son oncle ainsi que de lui-même. Liedenbrock retourne au bureau avant qu’Axel ne puisse mettre à exécution son plan.

Chapitre 5 : La famine, puis la victoire, suivie du désarroi

Axel pose le parchemin sur la table. Il regarde pendant des heures le professeur Liedenbrock lutter pour déchiffrer le code. Axel finit par s’endormir pendant que son oncle continue de travailler. Le lendemain après-midi, Axel cède, affamé et inquiet pour la santé de son oncle. Il révèle ce qu’il a trouvé à Liedenbrock. Le document codé décrit comment atteindre le centre de la Terre. Arne Saknussemm affirme à la fin des instructions qu’il a personnellement accompli ce voyage. Liedenbrock décide immédiatement de suivre le chemin prescrit par Saknussemm, tout comme Axel le craignait.

Chapitre 6 : Des discussions passionnantes sur une entreprise sans précédent

Le professeur Liedenbrock et Axel dînent puis ils reprennent leur discussion sur le parchemin et ses implications. Selon les instructions d’Arne Saknussemm, la route vers le centre de la Terre se trouve à l’intérieur d’un volcan éteint appelé Snæfell. L’un des multiples cratères du volcan s’étendrait jusqu’au noyau terrestre.

Axel tente de convaincre Liedenbrock que le document est probablement un faux ou une blague élaborée. Liedenbrock rejette ces objections et Axel passe à une série d’objections scientifiques liées au voyage proposé. Il soutient qu’aucun tunnel ne peut atteindre le centre de la Terre et que même si cela était le cas, la température sous la croûte terrestre les tuerait. Liedenbrock insiste sur le fait que le centre de la Terre ne peut pas se trouver à des températures aussi extrêmes, sinon la vie à la surface de la planète serait détruite. Axel se retrouve rattrapé par l’enthousiasme de son oncle. Il accepte d’entreprendre l’expédition avec Liedenbrock. En attendant, ils cacheront leur découverte.

Chapitre 7 : Le courage d’une femme

Axel se promène et réfléchit aux implications du voyage à venir. Son enthousiasme pour le voyage s’estompe à mesure qu’il considère les nombreux risques de l’expédition. Il aperçoit Gräuben et se dépêche de la rattraper. Au cours de leur promenade ensemble, Axel décrit le parchemin et le plan du professeur Liedenbrock pour suivre son chemin jusqu’au centre de la terre. À sa grande surprise, Gräuben soutient pleinement l’expédition. Elle est fascinée par la géologie comme lui et elle aimerait pouvoir rejoindre Axel et son oncle lors du voyage. Axel a « honte » de sa propre hésitation face à son enthousiasme. Les encouragements de Gräuben le convainquent d’envisager au moins de participer à l’expédition.

Cette nuit-là, Gräuben et Axel retournent chez Liedenbrock. Ils sont surpris de trouver les lieux en pleine effervescence. Liedenbrock est pleinement engagé dans ses préparatifs de voyage et ceux d’Axel. Il informe Axel qu’ils partiront pour l’Islande après-demain car le navire de Copenhague, au Danemark, vers l’Islande ne fait le voyage qu’une fois par mois. Gräuben aide Axel très anxieux à faire ses valises et continue de saluer son entreprise intrépide et celle du professeur Liedenbrock. Axel fait de terribles cauchemars la veille de leur départ. Le matin, lui et Liedenbrock font leurs adieux à Gräuben et à Martha la cuisinière. Ils quittent ensuite Hambourg pour Copenhague.

Chapitre 8 : Préparatifs sérieux pour la descente verticale

Axel et le professeur Liedenbrock se rendent à Copenhague, au Danemark. À leur arrivée dans la ville, ils s’arrêtent brièvement à leur hôtel puis visitent le Musée des antiquités du Nord où ils rencontrent le conservateur du musée, le professeur Thomsen. Ils lui disent qu’ils vont en Islande mais ne révèlent pas pourquoi. Ensuite, ils retrouvent le capitaine d’une goélette à destination de Reykjavik, en Islande, le 2 juin.

Ils réservent leur passage auprès du capitaine Bjarne qui leur facture le double du tarif normal après avoir constaté à quel point Liedenbrock est désespéré d’atteindre l’Islande. Avant leur départ, le professeur Liedenbrock et Axel explorent Copenhague. Liedenbrock oblige Axel à escalader le clocher d’une église locale cinq jours de suite dans l’espoir que l’activité aidera Axel à surmonter sa peur des hauteurs. L’expérience ne guérit pas complètement Axel mais il s’habitue légèrement à regarder de haut tout en gardant le contrôle de sa peur.

Chapitre 9 : L’Islande ! Mais et ensuite ?

Axel et le professeur Liedenbrock naviguent de Copenhague, au Danemark, vers l’Islande à bord de la goélette du capitaine Bjarne. Le passage prend 10 jours. Liedenbrock souffre du mal de mer tout au long du voyage, mais son moral s’éclaire lorsqu’il voit Snæfell se profiler au-dessus de la baie qui relie Reykjavik. Axel et Liedenbrock rencontrent le gouverneur d’Islande Baron Trampe, le maire de Reykjavik Monsieur Finsen et Monsieur Fridrickssen qui enseigne les sciences naturelles à l’université locale. Monsieur Fridrickssen propose d’héberger Axel et Liedenbrock lors de leur séjour à Reykjavik.

Axel et Monsieur Fridrickssen deviennent amis en partie à cause de leur intérêt commun pour les sciences naturelles et en partie parce que Monsieur Fridrickssen est la seule personne de la ville à parler latin. Axel ne parle pas l’hébreu, l’anglais, le danois ou le français, qui sont les principales langues enseignées à l’école nationale de Reykjavik. Il a donc du mal à converser avec les locaux. Il décide néanmoins d’explorer la ville même si son oncle refuse de le rejoindre.

Chapitre 10 : Conversations intéressantes avec des savants islandais

Le soir, Axel et le professeur Liedenbrock dînent avec leur hôte Monsieur Fridrickssen. Liedenbrock tente de s’enquérir négligemment de Snæfell et de l’œuvre d’Arne Saknussemm, sans révéler ses intentions. Axel ne sait pas si cette mascarade réussit ou si Fridrickssen est tout simplement trop poli pour se mêler de leurs véritables affaires en Islande. Liedenbrock a du mal à contenir son enthousiasme lorsqu’il apprend que très peu de gens ont déjà visité Snæfell. Il est peu probable que quiconque ait découvert la route secrète de Saknussemm vers le centre de la Terre. Fridrickssen propose de trouver un guide pour Axel et Liedenbrock. Les deux aventuriers prévoient de retrouver leur guide le lendemain.

Chapitre 11 : Un guide trouvé au centre de la Terre

Axel et le professeur Liedenbrock rencontrent leur guide Hans Bjelke, chasseur résident. Hans se spécialise dans la récolte des plumes des nids d’eiders, qui constituent une exportation précieuse pour l’Islande. Liedenbrock engage Hans pour les accompagner pendant toute la durée de leur expédition. Il ne dit pas à Hans exactement où ils vont après avoir atteint Snæfell.

Axel est impressionné par le caractère stable et stoïque de Hans, qui se démarque à côté de l’énergie agitée de Liedenbrock. Les trois hommes rassemblent leurs provisions pour le voyage puis partent pour le volcan éteint le 16 juin. Liedenbrock prédit que le voyage durera sept à huit jours.

Chapitre 12 : Une terre aride

Le trio d’aventuriers traverse le sud-ouest de l’Islande en direction de Snæfell. Axel admire la campagne islandaise sauvage et désolée. Le professeur Liedenbrock fait l’éloge de leurs poneys mais il souhaite également qu’ils puissent parcourir le terrain plus rapidement. Le groupe prend le petit-déjeuner à Gufunes avant de se diriger vers Gardär. Sur la rive sud du Hvalfiord, ils sont obligés d’attendre que la marée tourne pour pouvoir traverser le fjord en toute sécurité en bateau. Ce soir-là, ils arrivent à Gardär. Ils passent la nuit à l’église locale.

Chapitre 13 : L’hospitalité sous le cercle polaire arctique

Axel, le professeur Liedenbrock et Hans Bjelke passent la nuit dans une maison près de Gardär. Leur hôte est un paysan avec 19 enfants. Malgré la grande taille de la famille, il y a suffisamment de nourriture pour tout le monde au dîner. L’hôte de Gardär offre à ses trois visiteurs un endroit sûr où dormir avant de reprendre leur voyage.

Les trois jours suivants sont consacrés à la traversée d’un terrain de plus en plus austère, marqué par les éruptions passées du volcan aujourd’hui éteint. Le 21 juin, les voyageurs arrivent à la base du Snæfell. Ils se rendent au village de Stapi où ils prévoient de se reposer avant de commencer l’ascension.

Chapitre 14 : Mais les Arctiques peuvent aussi être inhospitaliers

Le recteur de Stapi se révèle être un hôte bourru et indifférent. Axel se rappelle que les recteurs ou les prêtres en Islande reçoivent très peu d’argent pour leur travail et mènent une vie difficile. Il pardonne donc une partie du comportement grossier du recteur envers lui-même et envers son oncle. Le professeur Liedenbrock décide d’écourter leur séjour à Stapi maintenant qu’il a rencontré leur hôte et constaté les conditions de logement inconfortables qui seront leur lot tant qu’ils resteront au village.

Axel souhaiterait pouvoir dissuader son oncle d’entreprendre l’ascension périlleuse du Snæfell. Il reconnaît cependant qu’il est peu probable que Liedenbrock mette de côté ses ambitions maintenant qu’elles sont si proches du volcan.

Axel se dit qu’ils ne trouveront probablement rien d’autre qu’un cratère au sommet du volcan. Cependant, il craint toujours que le parchemin d’Arne Saknussemm ne se révèle authentique et qu’ils trouvent un chemin vers les entrailles de la terre. Rien ne garantit que Snæfell restera en sommeil pendant leur expédition. Ils pourraient être pris dans une éruption.

Axel fait part de cette dernière inquiétude à son oncle. Liedenbrock le rassure : une éruption ne se produira pas de si tôt. Les bouches de vapeur et les sources chaudes autour du volcan relâchent régulièrement la pression à l’intérieur du Snæfell, de sorte qu’il ne reste plus assez de force pour provoquer une éruption.

Liedenbrock consacre le 22 juin aux derniers préparatifs de son ascension. Il convainc trois hommes de les accompagner jusqu’au sommet du volcan et de s’occuper des chevaux. Les trois hommes engagés retourneront ensuite à Stapi tandis que le reste du groupe continuera dans le cratère du volcan. Le 23 juin, il paie la forte somme exigée par le recteur en échange d’une hospitalité douteuse. Puis Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke quittent Stapi avec leur aide.

Chapitre 15 : Snæfell enfin

Les trois hommes de Stapi, le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke, gravissent le Snæfell. La randonnée sinueuse vers le haut leur prend toute la journée et ils sont presque pris dans un petit cyclone de poussière et de roches créé par le vent venant des glaciers. Heureusement, Hans repère le danger suffisamment à temps pour guider le groupe vers la sécurité. En chemin vers le sommet, Axel observe que les terres environnantes sont marquées par des signes d’activité sismique de faible intensité qui suggèrent la présence de lave sous la surface terrestre. Il se convainc qu’il sera impossible d’atteindre le centre de la terre avec autant de chaleur. Le groupe atteint le sommet du Snæfell une heure avant minuit et se réfugie à l’entrée du cratère du sommet.

Chapitre 16 : Descendre hardiment le cratère

Hans Bjelke ouvre la voie jusqu’au fond du cratère. Les trois hommes de main retournent à Stapi. Le professeur Liedenbrock trouve un piédestal en pierre à la base du cratère sur lequel est inscrit le nom d’Arne Saknussemm. Il y a trois trous disposés autour du cratère qui mènent plus loin dans le volcan. Liedenbrock en déduit qu’à cette période précise de l’année, le soleil de midi projettera une ombre sur la bonne entrée. Malheureusement, il pleut pendant des jours sans aucun signe de ralentissement.

Axel commence à espérer que le moment désigné passera sans que la lumière du soleil ne tombe dans le cratère. Puis le 29 juin, le soleil perce les nuages. L’ombre du piédestal indique le cratère du milieu comme étant le chemin correct. Liedenbrock proclame qu’ils vont désormais descendre au centre de la terre. Hans accepte cette entreprise sans aucun signe de surprise ni d’inquiétude.

Chapitre 17 : Descente verticale

Axel, le professeur Liedenbrock et Hans Bjelke descendent la cheminée volcanique. Le processus leur prend toute la journée. Au début, Axel craint de tomber et de mourir. Plus il passe de temps à descendre la roche volcanique, plus il se sent à l’aise avec le processus en grande partie mécanique. Axel est en outre convaincu de cacher son appréhension par l’acceptation sans réserve de l’entreprise par Hans.

Hans vient d’apprendre leurs intentions et il se montre bien moins inquiet qu’Axel qui a eu des semaines pour se préparer mentalement. Liedenbrock repère un passage au pied de la cheminée volcanique. Il décide qu’ils emprunteront le passage le lendemain matin. Alors qu’Axel s’endort, il aperçoit une étoile qui brille au loin.

Chapitre 18 : Les merveilles des profondeurs terrestres

Le trio s’engage dans le passage formé par la dernière éruption volcanique de 1229. Leurs lampes électriques éclairent de belles structures faites de lave refroidie qui réfléchissent la lumière. L’émerveillement d’Axel l’emporte sur sa peur. Au fur et à mesure que le groupe descend, Axel constate que la température a à peine augmenté. À 10 000 pieds sous le niveau de la mer, la température dans le passage n’est que de 59 degrés Fahrenheit.

La prédiction du professeur Liedenbrock selon laquelle la température de la Terre atteindra l’équilibre à mesure qu’elle s’approchera du noyau semble exacte. Il n’y a aucun signe de la chaleur violente qu’Axel craignait à l’origine. Axel ne peut pas expliquer pourquoi l’intérieur du volcan dégage une atmosphère si fraîche étant donné les sources chaudes et les geysers à la surface.

Chapitre 19 : Études géologiques in situ

Le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke atteignent une bifurcation dans le passage lors de leur deuxième jour sous la surface terrestre. Liedenbrock choisit la voie de l’Est. Le lendemain, Axel remarque que le passage a commencé à monter lentement. Il prédit à son oncle qu’ils finiront par remonter à la surface si la pente ascendante se poursuit.

Liedenbrock refuse catégoriquement de revenir à l’embranchement initial du tunnel. Il semble qu’ils aient choisi le mauvais chemin, mais Liedenbrock ne voit d’autre choix que de continuer jusqu’au bout du passage. Si cela devient une impasse ou ramène à la surface, ils feront simplement demi-tour et reviendront par où ils sont venus. Axel lui rappelle qu’ils manquent d’eau.

Chapitre 20 : Les premiers signes de détresse

Les explorateurs commencent à rationner leur eau. Ils continuent le long du tunnel oriental qui traverse un important filon de charbon. Axel perd la notion du temps en réfléchissant à la manière dont la Terre a créé une si vaste réserve de carburant sur des milliers d’années. Il sent l’hydrogène gazeux et est soulagé qu’ils portent des lampes électriques au lieu de torches. Une seule flamme pourrait provoquer une explosion massive.

Finalement, le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke atteignent le bout du tunnel. Il n’y a pas d’autre choix que de revenir par où ils sont venus et d’essayer l’autre passage. Liedenbrock prédit qu’il leur faudra trois jours pour atteindre la bifurcation du tunnel. Axel craint qu’ils ne succombent à la soif avant de pouvoir trouver une réserve d’eau fraîche, mais Liedenbrock le réprimande pour avoir exprimé sa peur.

Chapitre 21 : La compassion fait fondre le cœur du professeur

Le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke atteignent la bifurcation originale du passage. Axel s’effondre et Liedenbrock lui donne la dernière gorgée d’eau. Une fois qu’Axel a repris ses esprits, il insiste sur le fait qu’ils doivent retourner au cratère et sortir du volcan. Liedenbrock est déçu de la décision de son neveu. Il soutient qu’Axel devrait repartir avec Hans mais qu’il doit mener l’expédition jusqu’au bout.

Axel ne parvient pas à convaincre Hans de l’aider à faire sortir Liedenbrock du tunnel et à le remonter à la surface. Liedenbrock propose qu’ils passent une journée à explorer le tunnel ouest. S’ils n’ont pas trouvé d’eau en fin de journée, il acceptera d’abandonner l’expédition. Axel accepte à contrecœur.

Chapitre 22 : Pénurie totale de l’eau

Le tunnel ouest descend rapidement à travers plusieurs niveaux de roche. En fin de journée, il n’y a toujours aucune trace d’eau. Axel s’effondre une nouvelle fois et refuse cette fois d’aller plus loin. Hans Bjelke et le professeur Liedenbrock s’allongent à côté de lui. Alors qu’Axel lutte contre le tourment de sa soif grandissante, il croit entendre un léger bruit au loin.

Hans se lève de son sac de couchage et disparaît dans le noir. Au début, Axel croit que Hans les a abandonnés, puis il se rend compte que Hans s’est enfoncé plus profondément dans le tunnel. Axel se demande si Hans a entendu quelque chose qui lui a échappé et si ce son a poussé Hans à se lever.

Chapitre 23 : L’eau découverte

Hans Bjelke revient de ses recherches et informe Axel et le professeur Liedenbrock qu’il a trouvé de l’eau. Ils le suivent en toute hâte. Au bout d’une heure, ils trouvent le point où le bruit de l’eau est le plus fort. Un mur de granit les sépare du torrent, mais Hans perce courageusement un trou dans le mur avec sa pioche. L’eau minérale est bouillante mais a une saveur très agréable une fois refroidie.

Ils remplissent leurs flacons puis décident de se reposer quelques heures. Une fois le matin arrivé, ils suivront le ruissellement de l’eau dans le passage. Le ruisseau leur fournira un approvisionnement constant en eau tout en les dirigeant vers le bas.

Chapitre 24 : Bien dit, vieille taupe !

Les trois aventuriers poursuivent leur descente régulière à travers la terre. Le ruisseau qu’ils ont nommé Hansbach les accompagne dans le tunnel. Ils atteignent un abîme abrupt et descendent prudemment sur ses flancs. Le 15 juillet, ils se trouvent à sept lieues ou à environ 21 milles sous la surface de la terre. Ils ne se trouvent plus sous l’Islande, mais se sont frayé un chemin sous l’océan. L’humeur d’Axel s’est considérablement améliorée maintenant qu’ils ont beaucoup d’eau et il pense que leur succès est inévitable.

Chapitre 25 : De Profundis

Axel, Hans Bjelke et le professeur Liedenbrock passent le 19 juillet à se reposer dans une grotte souterraine. Liedenbrock calcule qu’ils se trouvent maintenant à 85 lieues ou à environ 255 milles au sud-est du volcan. Ils ont probablement atteint les limites inférieures de la croûte terrestre, mais la température n’est encore que de 82 degrés Fahrenheit. Axel calcule qu’à leur rythme de descente actuel, il leur faudra plus de 5 ans pour atteindre le centre.

Liedenbrock est furieux de cette prédiction car cela signifie qu’ils ne pourront jamais terminer le voyage avec leurs fournitures actuelles. Il insiste sur le fait que le tunnel finira par emprunter un chemin plus direct. Axel doute qu’Arne Saknussemm ait réellement atteint le centre de la Terre. Saknussemm n’avait pas les outils dont disposent Axel et ses compagnons, il lui aurait donc été impossible de mesurer exactement quand il avait atteint le centre. Axel garde ces doutes pour lui.

Chapitre 26 : Le pire péril de tous

Le 7 août, Axel est distrait par un morceau de granit. Lorsqu’il lève les yeux après l’avoir examiné, il ne trouve ni le professeur Liedenbrock ni Hans Bjelke. Ils étaient derrière lui quelques minutes auparavant, mais ils sont désormais introuvables. Axel tente de revenir sur ses pas mais ne localise toujours aucun de ses compagnons. Il découvre alors qu’il a également perdu la trace du Hansbach. Le flux a disparu.

Chapitre 27 : Perdu dans les entrailles de la Terre

Axel tente de retrouver le bon chemin. Il crie à son oncle et à Dieu pour obtenir de l’aide. Il espère au moins retrouver le ruisseau pour pouvoir le remonter jusqu’à la surface. Malheureusement, son chemin le mène dans une impasse. Il percute le fond du passage et endommage sa lampe. Lorsque la lumière s’éteint, il sombre dans un état de panique désespéré et se précipite dans le noir. Il s’est cogné la tête contre un rocher lors de sa précédente collision avec la paroi rocheuse, mais il ignore sa blessure. Il finit par s’évanouir d’épuisement.

Chapitre 28 : Le sauvetage dans la galerie des murmures

Lorsqu’Axel reprend conscience, il entend un bruit lointain comme une explosion suivie de voix. Il reconnaît que les voix doivent appartenir à ses compagnons puis découvre que le son est conduit le long de la paroi du tunnel. Il crie quelque chose à son oncle qui répond avec enthousiasme et soulagement. En mesurant le temps qu’il leur faut pour s’entendre, ils déterminent qu’ils sont distants d’un peu plus de six kilomètres.

Axel commence à glisser le long du passage car il est trop faible pour marcher. La pente du tunnel augmente soudainement et sa glissade se transforme en une dégringolade incontrôlée. Le sol s’effondre sous lui et il tombe. L’impact avec le sol le fait à nouveau perdre connaissance.

Chapitre 29 : Thalatta ! Thalatta !

Axel se réveille en compagnie du professeur Liedenbrock et Hans Bjelke. Liedenbrock est grandement soulagé de retrouver son neveu. La chute finale d’Axel le fit tomber dans la même galerie où se trouvaient Liedenbrock et Hans. Ils l’ont récupéré et ont bandé sa tête blessée. Maintenant qu’ils sont à nouveau ensemble, Liedenbrock ordonne à Axel de se reposer.

Le lendemain matin, Axel entend le bruit des vagues et suppose brièvement qu’ils sont revenus à la surface. Liedenbrock refuse d’expliquer l’origine du bruit sauf pour dire qu’ils mettront les voiles une fois qu’Axel aura retrouvé ses forces. Cette nouvelle étonne Axel et il refuse de se reposer jusqu’à ce qu’il ait vu ce que son oncle et Hans ont découvert.

Chapitre 30 : Une nouvelle mer intérieure

Le professeur Liedenbrock conduit Axel au bord d’une vaste mer souterraine qu’il a baptisée mer de Liedenbrock. La caverne est suffisamment large pour qu’Axel ne puisse pas voir l’autre côté et suffisamment haute pour qu’elle ait créé ses propres conditions météorologiques. Une lumière blanche et froide brille à travers les nuages intermittents. Axel théorise que la lumière doit être causée par l’électricité accumulée dans l’air, comme dans le cas des aurores boréales.

Lui et son oncle marchent le long du rivage jusqu’à ce qu’ils trouvent une forêt de champignons aussi grands que des arbres. Liedenbrock montre des os parmi les champignons, ce qui suggère que des animaux vivaient dans la caverne à un moment donné. Axel regarde la mer et imagine voir un bateau apparaître à l’horizon, mais il se rappelle ensuite que lui, Liedenbrock et Hans Bjelke sont seuls sous terre. Au bout d’une heure, Axel retourne à leur camp et s’endort.

Chapitre 31 : Préparatifs pour un voyage de découverte

Le lendemain matin, Axel et le professeur Liedenbrock regardent la marée monter après leur petit-déjeuner. Liedenbrock observe que l’aiguille de la boussole tire désormais vers le nord au lieu de descendre vers le bas. Ce changement suggère qu’ils sont passés sous la section magnétique de la Terre. Heureusement, la boussole semble précise malgré cet ajustement du magnétisme.

Pendant qu’Axel et Liedenbrock discutent de leurs diverses découvertes scientifiques, Hans Bjelke construit un radeau avec du bois flotté éparpillé sur le bord de mer. La construction prend finalement deux jours complets. Une fois terminé, le radeau est suffisamment grand pour accueillir les trois hommes et leurs provisions.

Chapitre 32 : Merveilles des profondeurs

Le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke ont traversé la mer de Liedenbrock. Sur la recommandation d’Axel, ils donnent à leur point de départ Port Gräuben le nom de la fiancée d’Axel. Liedenbrock prédit qu’ils apercevront la rive opposée dans 24 heures. Axel prend la responsabilité de mettre à jour le carnet scientifique de leur expédition. Hans pêche depuis leur radeau et attrape une espèce de poisson que l’on croyait autrefois éteinte.

Il capture ensuite plusieurs spécimens qu’ils ajoutent à leurs réserves de nourriture. Alors que le radeau avance régulièrement sur la mer, Axel est pris dans un rêve éveillé où il imagine voir la terre régresser à travers l’histoire. À la fin, il ne reste plus qu’Axel et les planètes enflammées nouvellement formées qui l’entourent. Il essaie de se jeter dans l’océan mais Hans l’arrête. Axel s’interroge à voix haute sur le but de la vie. Ses pensées reviennent à la réalité et il explique à ses compagnons qu’il a eu une brève hallucination. Liedenbrock prédit qu’ils verront bientôt la terre ferme.

Chapitre 33 : Une bataille de monstres

Le professeur Liedenbrock s’impatiente face au temps qu’ils ont passé sur la vaste mer. Il avait initialement prédit que la mer avait 30 lieues ou 90 milles de diamètre, mais ils ont traversé trois fois cette longueur sans aucun signe de terre. Après que les explorateurs aient envoyé une pioche attachée à une corde pour mesurer la profondeur de la mer, ils découvrent des marques de dents cylindriques dans la tête métallique de la pioche.

Peu de temps après, ils aperçoivent ce qui semble être un troupeau de monstruosités nageant autour d’eux. Hans se rend compte en observant de plus près qu’il n’y a en réalité que deux créatures. Ils pensaient qu’il y en avait davantage parce qu’ils ne voyaient que de petites sections des bêtes à la fois.

Les monstres sont un dinosaure serpentin appelé plésiosaure et une énorme bête crocodilienne appelée ichtyosaure. Le plésiosaure et l’ichtyosaure s’engagent dans une longue bataille qui menace d’envahir le radeau des explorateurs. À la fin, l’ichtyosaure tue le plésiosaure puis disparaît dans les profondeurs. Axel se demande s’il réapparaîtra plus tard pour chasser leur petite embarcation.

Chapitre 34 : Le grand geyser

L’ichtyosaure ne réapparaît pas le lendemain et Axel suppose qu’ils ont quitté son territoire. Le 20 août, Axel entend un rugissement lointain. Il craint qu’ils ne s’approchent d’une cascade. Hans Bjelke aperçoit alors une forme massive dans l’eau à côté d’un panache d’eau montant. Axel révise sa peur pour inclure la rencontre d’une autre créature comme l’ichtyosaure.

Il tente de convaincre le professeur Liedenbrock de changer le cap du radeau et envisage même une véritable mutinerie lorsque son oncle refuse de modifier leur cap. Hans identifie la forme comme une île. Le panache d’eau à côté de l’île est provoqué par un geyser semblable à ceux de la surface de l’Islande, sauf qu’il est beaucoup plus grand. Hans dirige le radeau vers l’extrémité de l’île la plus éloignée du geyser. Liedenbrock donne à la petite île le nom d’Axel. À ce stade de leur voyage, ils ont parcouru plus de 1 800 milles et se trouvent maintenant quelque part sous l’Angleterre.

Chapitre 35 : Une tempête électrique

Le radeau et ses occupants sont pris dans une terrible tempête qui dure plusieurs jours. Le professeur Liedenbrock convainc Axel et Hans Bjelke de laisser la voile relevée pour que le vent puisse les emporter. À un moment donné, ce qui semble être une boule de foudre atterrit sur le radeau puis saute, électrocutant presque Axel. Leidenbrock, Hans et Axel s’attachent au radeau pour éviter d’être emportés par-dessus bord par la tempête. La tempête finit par pousser le radeau contre un rivage rocheux.

Chapitre 36 : Discussions philosophiques calmes

Hans Bjelke empêche Axel de tomber à la mer lors de la collision du radeau avec le rivage. Il transporte Axel en sécurité puis retourne au radeau échoué pour sauver leurs provisions. Axel et le professeur Liedenbrock s’endorment dans l’abri partiel offert par un amas de rochers. La tempête s’est calmée lorsqu’ils se sont réveillés le lendemain matin. Liedenbrock est de bonne humeur. Il croit que la tempête les a emportés tout au long de la mer et les a déposés sur la rive opposée. Selon lui, ils disposent de suffisamment de provisions pour le reste du voyage, même si Axel doute en privé des calculs de son oncle. Ils consultent alors la boussole et en déduisent que la tempête les a repoussés vers le même rivage que Port Gräuben.

Chapitre 37 : Le musée de géologie de Liedenbrock

Le professeur Liedenbrock insiste sur le fait qu’ils doivent commencer leur deuxième voyage à travers les mers. Il ignore les protestations d’Axel selon lesquelles cette ligne d’action est suicidaire compte tenu de la diminution de leurs approvisionnements et des dégâts déjà causés à leur radeau. Ils n’ont toujours aucune idée de la largeur de la mer et le voyage pourrait les mettre en contact avec une autre tempête ou une bête monstrueuse comme l’ichtyosaure. Liedenbrock est néanmoins déterminé à poursuivre l’expédition. Il décide cependant de retarder leur départ suffisamment longtemps pour faire un relevé plus complet des environs.

Liedenbrock et Axel s’éloignent de la mer en direction des falaises rocheuses. Ils suivent ensuite la ligne des falaises jusqu’à tomber sur un vaste dépôt de restes fossilisés laissés par des centaines d’espèces différentes. Cette découverte paléontologique est sans précédent dans l’histoire et Liedenbrock et Axel sont stupéfaits. Puis Liedenbrock aperçoit un crâne humain au milieu des os de ptérodactyles, de mastodontes et d’autres animaux disparus depuis longtemps. Il souhaite à haute voix qu’ils aient avec eux les zoologistes français Henri Milne-Edwards (1800-1885) et Jean Louis Armand de Quatrafages (1810-1892) pour assister à cette découverte capitale.

Chapitre 38 : Le professeur à nouveau sur sa chaise

En examinant de plus près le dépôt de fossiles, le professeur Liedenbrock et Axel découvrent un corps parfaitement conservé que Liedenbrock interprète comme une preuve irréfutable que les humains préhistoriques vivaient aux côtés des dinosaures. Henri Milne-Edwards (1800-1885) et Jean Louis Armand de Quatrafages (1810-1892) avaient récemment formulé une affirmation similaire qui avait suscité de vifs débats dans le monde scientifique.

Axel remarque dans son récit de l’expédition que ces débats étaient toujours en cours lorsque lui et Liedenbrock ont quitté la maison pour leur aventure. Liedenbrock examine le corps. Il se lance alors dans une conférence comme s’il était de retour à son université et présente le fruit de son voyage à ses contemporains. Il affirme que les restes humains proviennent d’un individu de race blanche décédé il y a des milliers d’années. Axel et Liedenbrock continuent de trouver plusieurs autres corps parmi les os de bêtes préhistoriques. Axel se demande si ces corps signifient que des hommes vivent encore aujourd’hui dans les profondeurs de la Terre.

Chapitre 39 : Paysage forestier éclairé par l’électricité

Axel et le professeur Liedenbrock passent devant le cimetière préhistorique et pénètrent dans une forêt de conifères et de palmiers. La forêt est brillamment éclairée par la lumière électrique qui remplit l’air au-dessus de leur tête. Toutes les plantes sont dans des tons de brun et de gris car elles n’utilisent pas la lumière du soleil comme source d’énergie et n’ont donc pas besoin de chlorophylle dans leurs feuilles.

Les explorateurs aperçoivent un troupeau de mastodontes qui paissent dans la forêt sous l’œil vigilant d’une grande créature humanoïde. Le berger mesure au moins 12 pieds de haut et a des traits rugueux en partie cachés par une épaisse crinière de cheveux. Axel est terrifié par ce qui se passerait s’ils étaient repérés et convainc Liedenbrock de se retirer à travers la forêt.

Lors du retour au radeau, Axel tente de déterminer leur emplacement exact le long du rivage. Il croit brièvement reconnaître Port Gräuben au loin, mais les terres environnantes ne lui sont pas connues. Liedenbrock et Axel tombent sur un poignard rouillé sur la plage. Après l’avoir examiné de près, Liedenbrock décide que le couteau a entre 100 et 300 ans et que la lame servait à tailler une pierre. Les deux aventuriers excités recherchent la gravure résultante. Ils repèrent une dalle de granit marquée des initiales A.S. ce qui confirme leur espoir qu’Arne Saknussemm ait suivi ce chemin pour son expédition.

Chapitre 40 : Préparatifs pour ouvrir un passage vers le centre de la Terre

Le professeur Liedenbrock salue la clairvoyance d’Arne Saknussemm en laissant derrière lui un marqueur indiquant la prochaine étape de son voyage. Il nomme la région Cap Saknussemm en l’honneur de Saknussemm.

Axel et Liedenbrock retournent auprès de Hans Bjelke et guident tous les trois le radeau jusqu’au point du rivage qui porte la marque de Saknussemm. Ils se préparent à entrer dans un tunnel à flanc de falaise de granit et découvrent qu’il est bloqué par des débris. Axel refuse d’admettre sa défaite. Il propose qu’ils utilisent leur poudre à canon pour se frayer un chemin à travers les roches tombées. Liedenbrock est d’accord mais insiste sur le fait qu’ils devraient d’abord se reposer pendant la nuit avant de tenter de pénétrer dans le tunnel.

Chapitre 41 : La grande explosion et la ruée vers le bas

Le matin du 27 août, le professeur Liedenbrock, Axel et Hans Bjelke tentent de faire sauter les débris bloquant le passage d’Arne Saknussemm. Ils s’assoient sur le radeau bien loin du site de l’explosion, ce qui s’avère être une sage décision. L’explosion ouvre un grand trou dans le sol qui mène à un tunnel plus souterrain. La mer s’engouffre dans l’ouverture et entraîne le radeau avec elle. Axel et ses amis tombent pendant des heures dans l’obscurité totale. Hans allume une lanterne et Axel découvre que la plupart de leurs provisions et tous leurs outils ont disparu. Puis la lumière de la lanterne s’éteint, les laissant à nouveau dans le noir. Le radeau tombe verticalement dans un passage sombre avant d’entrer en collision avec l’eau au fond.

Chapitre 42 : Vers le haut à toute allure à travers les horreurs des ténèbres

Axel se rend compte que le radeau a cessé de tomber et se dirige maintenant vers une destination inconnue. Ils avancent toujours à un rythme soutenu le long d’un puits vertical dans la roche, mais le trajet est beaucoup plus fluide qu’auparavant. Le professeur Liedenbrock suggère qu’ils prennent un repas tant qu’ils en ont l’occasion. Axel explique qu’ils n’ont presque plus de nourriture. Hans Bjelke, Axel et Liedenbrock s’abstiennent de manger pendant encore deux heures, puis Liedenbrock annonce qu’ils devraient consommer le reste de leurs provisions tant qu’ils en ont encore la force.

La nourriture ravive une partie de l’espoir d’Axel pour l’avenir, même s’il pense toujours que leurs perspectives sont sombres. Liedenbrock suit leur progression dans le puits en fonction des niveaux géologiques de la terre. L’air dans le puits devient insupportablement chaud et l’eau autour du radeau atteint le point d’ébullition. Quand Axel regarde la boussole, il se rend compte qu’elle ne fonctionne plus.

Chapitre 43 : Tiré enfin d’un volcan !

La remontée du puits devient de plus en plus turbulente et Axel craint d’être pris au milieu d’un tremblement de terre. Le professeur Liedenbrock répond qu’ils sont emportés par une éruption volcanique. Cette information ne fait pas grand-chose pour calmer les nerfs à vif d’Axel. Liedenbrock le rassure : c’est en fait une bonne évolution car c’est le seul moyen pour eux d’atteindre la surface avant de mourir de faim.

L’éruption s’arrête à plusieurs reprises, ce qui ralentit leur progression vers le puits volcanique. Des flammes et des fumées nocives entourent le radeau. Finalement, le radeau est forcé de sortir du cratère du volcan et de se rendre à l’air libre. Axel perd la trace de son environnement lors de la dernière étape de l’ascension, mais Hans Bjelke s’assure qu’Axel reste en sécurité sur le radeau.

Chapitre 44 : Terres ensoleillées dans la Méditerranée bleue

Lorsqu’Axel reprend ses esprits, il constate qu’ils se trouvent près de la base d’un volcan. Le climat est chaud et ensoleillé et Hans Bjelke est le premier à reconnaître qu’ils ne sont pas en Islande. Le volcan d’où ils ont émergé est toujours en éruption, mais ils sont hors de danger si bas sur la pente. Contrairement au Snæfell, les pentes autour de ce volcan regorgent de végétation verdoyante, notamment de vignes, de grenadiers et d’oliviers.

Axel décrit qu ‘«il n’y avait rien d’arctique ici». Hans attrape un enfant qui passe et le maintient en place pendant que le professeur Liedenbrock interroge le garçon dans plusieurs langues avant de finalement trouver la bonne. Le garçon paysan dit qu’ils sont à Stromboli, une île de la Méditerranée. Il s’enfuit alors des hommes étranges.

Liedenbrock se demande comment ils ont pu remonter la Méditerranée alors que la boussole indiquait que la tempête souterraine les avait poussés vers le nord. Axel est soulagé d’être à la surface et rejette la curiosité comme étant finalement sans importance. Ils voyagent ensemble à San Vicenzo où Liedenbrock verse à Hans son salaire hebdomadaire et le remercie pour son aide. Axel voit Hans sourire pour la première fois.

Chapitre 45 : Le dénouement !

Pour éviter de dérouter les locaux, Axel, le professeur Liedenbrock et Hans Bjelke se font passer pour des marins naufragés au lieu de tenter d’expliquer leur voyage épique à travers les entrailles de la terre et leur émergence du volcan voisin. Les trois hommes retournent à Hambourg, en Allemagne, où Liedenbrock et Axel retrouvent Gräuben et leur gouvernante Martha. La majeure partie de Hambourg est désormais au courant de l’expédition de Liedenbrock et Axel.

Certaines personnes refusent de croire le récit de Liedenbrock sur leurs découvertes, mais d’autres scientifiques félicitent Liedenbrock et Axel pour leur volonté de se sacrifier au nom de la science. Liedenbrock commence à correspondre avec des scientifiques du monde entier au sujet de ses diverses découvertes au cours de l’expédition. Hans a le mal du pays et rentre chez lui en Islande au grand regret d’Axel et Liedenbrock.

Six mois après leur retour à Hambourg, Axel retrouve la boussole qui a causé tant de confusion, à lui et à son oncle, pendant le voyage. Il constate que la polarité de la boussole a été inversée. L’aiguille pointe vers le sud au lieu du nord. Il montre la boussole à Liedenbrock qui se rend compte qu’ils ont dû atterrir sur la rive sud de la mer de Liedenbrock et non sur la rive nord comme ils le croyaient à l’origine.

La tempête les a poussés à traverser la mer du côté opposé. Leur voyage en mer n’a pas été vain. Axel annonce que le changement de polarité a dû se produire lorsque la boule de foudre a atterri sur leur radeau et a magnétisé tout le métal à bord de la petite embarcation. À partir de ce moment-là, ils comptaient sur une boussole défectueuse.

Axel et Liedenbrock sont soulagés que cette dernière question soit réglée. Axel et Gräuben se marient peu de temps après. Ils continuent de vivre avec Liedenbrock qui est désormais célèbre dans la communauté scientifique et populaire grâce en partie au récit publié par Axel de leurs aventures.

Voyage au Centre de la Terre : les personnages

« Voyage au Centre de la Terre » de Jules Verne met en scène plusieurs personnages clés.

Professeur Otto Lidenbrock.  Le protagoniste principal de l’histoire, c’est un éminent géologue et scientifique allemand. C’est lui qui découvre le manuscrit runique qui les guide vers le voyage au centre de la Terre.

Axel Lidenbrock. Le neveu du professeur Lidenbrock. Il accompagne son oncle dans le voyage au centre de la Terre et sert de narrateur de l’histoire. Au fil du récit, il évolue et développe ses compétences scientifiques.

Hans Belker.  Un guide islandais, silencieux mais compétent, qui se joint au professeur Lidenbrock et à Axel pour leur voyage. Il est un expert des montagnes et des régions volcaniques d’Islande.

Martha.  La servante du professeur Lidenbrock, qui les accompagne au début de leur voyage.

Le Roi des Lémuriens.  Une créature préhistorique qu’ils rencontrent lors de leur voyage au centre de la Terre.

Le chasseur de l’île mystérieuse.  Un personnage qu’ils rencontrent sur l’île souterraine, qui leur fournit des informations et les aide dans leur quête.

Autres créatures et personnages.  Au cours de leur voyage, les protagonistes rencontrent diverses espèces de plantes et d’animaux préhistoriques ainsi que des habitants de ce monde souterrain, ce qui rend leur aventure encore plus fascinante.

Ces personnages jouent un rôle essentiel dans l’histoire en aidant à dévoiler les mystères du monde souterrain qu’ils explorent.

Analyse du livre Voyage au Centre de la Terre

« Voyage au Centre de la Terre » de Jules Verne est un roman d’aventures classique qui allie science, exploration et imagination .

Le roman met en avant l’exploration scientifique comme thème central. Le professeur Lidenbrock, un géologue, entreprend son voyage audacieux au centre de la Terre en quête de découvertes géologiques. Cette exploration reflète l’enthousiasme du 19e siècle pour les sciences naturelles et géologiques .

Jules Verne parvient à équilibrer habilement la science avec l’imagination. Le roman repose sur des éléments scientifiques de l’époque, mais il utilise ces connaissances pour créer un monde souterrain fantastique, peuplé de créatures préhistoriques et de phénomènes extraordinaires. Cela montre l’influence des progrès scientifiques du 19e siècle sur la fiction.

Le voyage de Lidenbrock et d’Axel est motivé par la soif de connaissance . Ils sont prêts à affronter des dangers inconnus pour acquérir de nouvelles informations sur la Terre. Et ainsi, le voyage au centre de la Terre transforme les personnages. Axel passe de l’inexpérience à la maturité, le professeur Lidenbrock approfondit son humilité scientifique, et Hans démontre sa loyauté. Le voyage devient une aventure initiatique qui change les personnages de l’intérieur.

Le roman a eu un impact significatif sur la littérature d’aventures et de science-fiction. Il a inspiré de nombreux auteurs et a contribué à populariser le genre de la science-fiction. Jules Verne a écrit le roman à une époque où l’éducation scientifique gagnait en importance. « Voyage au Centre de la Terre » parvient à être éducatif tout en restant divertissant. Il expose des concepts scientifiques tout en offrant une histoire captivante, illustrant comment l’éducation et le divertissement peuvent être combinés de manière efficace.

Questions & Réponses sur Voyage au Centre de la Terre

De quoi parle le livre « voyage au centre de la terre » de jules verne .

Le roman raconte l’histoire du professeur Lidenbrock, de son neveu Axel et de leur guide Hans Belker, qui entreprennent un voyage audacieux pour atteindre le centre de la Terre en suivant des indices géologiques découverts dans un manuscrit ancien.

Le voyage au centre de la Terre est-il possible en réalité ?

Non, le concept de voyager au centre de la Terre tel qu’il est décrit dans le roman est purement de la science-fiction. Le centre de la Terre est une région extrêmement chaude et inhospitalière, rendant une telle expédition impossible.

Quels sont les thèmes principaux du livre ?

Les thèmes principaux du livre incluent l’exploration scientifique, l’aventure, la curiosité, la transformation personnelle, le rôle de la science et l’équilibre entre l’éducation et le divertissement.

Quels sont les personnages principaux de « Voyage au Centre de la Terre » ?

Les personnages principaux comprennent le professeur Lidenbrock, Axel, Hans Belker, Martha (la servante) et diverses créatures et habitants rencontrés au cours de leur voyage.

Quelle est la signification du voyage au centre de la Terre dans le roman ?

Le voyage au centre de la Terre représente une quête de connaissance et d’exploration. Il met en avant l’enthousiasme pour les sciences naturelles du 19e siècle et illustre comment l’exploration peut transformer les individus.

Comment le livre « Voyage au Centre de la Terre » a-t-il influencé la littérature ?

Le roman a eu un impact durable sur la littérature d’aventures et de science-fiction. Il a inspiré de nombreux auteurs ultérieurs à écrire des histoires d’exploration et d’aventures.

Le voyage au centre de la Terre a-t-il été adapté au cinéma ?

Oui, le livre a été adapté dans plusieurs films, séries télévisées et autres médias au fil des ans. Ces adaptations cinématographiques ont contribué à maintenir la popularité de l’histoire.

Quel est le message ou la morale du livre ?

Le livre met l’accent sur l’importance de la curiosité intellectuelle, de l’exploration et de la persévérance dans la quête de la connaissance. Il montre comment l’aventure peut élargir les horizons et transformer les individus.

Quel est le contexte historique du roman ?

Le roman a été publié en 1864, à une époque où les sciences naturelles gagnaient en importance. Les découvertes géologiques et paléontologiques de l’époque ont influencé l’intrigue du livre.

Quel est l’héritage de Jules Verne en littérature ?

Jules Verne est considéré comme l’un des pionniers de la science-fiction et de la littérature d’aventures. Son œuvre a ouvert la voie à de nombreux autres écrivains et a contribué à l’évolution de ces genres littéraires.

Découvrez à votre tour cette œuvre incontournable grâce à ce lien !

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !

  • Montesquieu : Les Lettres Persanes. Résumé de l'œuvre
  • Les Saints Innocents de Miguel Delibes : Résumé
  • Résumé du "Livre de la jungle" de Rudyard Kipling
  • Résumé de "Œdipe roi" de Sophocle

Dans le même genre :

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  • Project Gutenberg
  • 73,849 free eBooks
  • 175 by Jules Verne

Voyage au Centre de la Terre by Jules Verne

Book Cover

Read now or download (free!)

Similar books, about this ebook.

  • Privacy policy
  • About Project Gutenberg
  • Terms of Use
  • Contact Information

iBiblio

Science-et-vie.com

  • Ciel et Espace

Qu’est-ce que le continuum espace-temps ?

Somewhere,In,The,Universe.,Space,Landscape.,Curvature,Of,Space-time.,Elements

Le continuum espace-temps, concept clé de la physique moderne, représente une fusion révolutionnaire des dimensions spatiales et temporelles. Initialement formulé par Albert Einstein dans le cadre de sa théorie de la relativité, ce concept a transformé notre compréhension de l'univers. Ce sujet, au cœur des débats scientifiques actuels, soulève des questions fondamentales sur la nature de notre réalité et les lois régissant l'univers. Cette théorie a également un impact significatif sur des technologies pratiques, notamment les systèmes GPS pour une localisation et navigation précises, mais aussi en astrophysique en précisant les trajectoires célestes.

La fusion d'espace et de temps : le continuum espace-temps

La théorie de la relativité d'Albert Einstein a marqué un tournant dans l'histoire de la physique. Énoncée pour la première fois en 1905 avec la relativité restreinte, elle fut enrichie ensuite en 1915 avec la relativité générale. Avant Einstein, la vision newtonienne dominait, où l'espace et le temps étaient considérés comme des entités absolues et indépendantes. Einstein a bouleversé cette perception en introduisant l'idée que l'espace et le temps sont interdépendants. Ils forment un tissu à quatre dimensions : le continuum espace-temps. Cette conception a unifié l'espace et le temps en une seule entité.

De plus, il proposa que la gravité ne soit pas une force agissant à distance, comme le pensait Newton. Concrètement, il s’agit d’une courbure de l'espace-temps causée par la masse et l'énergie. Selon Einstein, chaque objet ayant une masse – planètes, étoiles, galaxies - déforme l'espace-temps autour de lui. Cette déformation est ce que nous percevons comme la gravité. Ainsi, un objet comme la Terre crée une sorte de « puits » dans l'espace-temps. Cette courbure guide le mouvement de la Lune autour de la Terre. Cette idée a donc permis de prédire avec précision les mouvements des planètes dans notre système solaire.

>> À lire aussi : Et si on pouvait défier l’espace-temps ?

La courbure de l'espace-temps pour expliquer notre univers ?

Cette nouvelle compréhension de la gravité a eu des implications profondes pour la cosmologie et l'astrophysique. Elle a permis d'expliquer des phénomènes tels que le décalage vers le rouge gravitationnel. La lumière émise par un objet massif (comme une étoile) est décalée vers des longueurs d'onde plus longues. Elle expliqua aussi la précession du périhélie de Mercure, que la mécanique newtonienne ne pouvait pas expliquer complètement.

De plus, la théorie d'Einstein a ouvert la voie à la compréhension des trous noirs. Dans ces régions, la courbure de l'espace-temps est si extrême que rien, pas même la lumière, ne peut s'échapper. La confirmation expérimentale de l'existence des ondes gravitationnelles en 2016, un siècle après la prédiction d'Einstein, a renforcé la validité de la théorie générale de la relativité, démontrant l'impact profond de la courbure de l'espace-temps sur la structure et le comportement de l'univers.

>> À lire aussi : VIDÉO : plier l’espace-temps est-il possible ? Les promesses du Warp drive

Des expériences confirment la notion de continuum espace-temps

La déviation de la lumière par la gravité lors d'une éclipse solaire en 1919 confirma une première fois la théorie d’Einstein. Puis l'expérience Hafele-Keating (1971) a joué un rôle crucial dans la validation expérimentale de la théorie de la relativité d'Einstein.

Dans cette expérience, Joseph C. Hafele et Richard E. Keating ont emporté des horloges atomiques à bord d'avions commerciaux. Ils ont voyagé autour du monde, à la fois vers l'est et l'ouest. La théorie de la relativité prédit que le temps s'écoule à des vitesses différentes selon la vitesse relative d'un objet et sa proximité avec un champ gravitationnel massif.

En comparant le temps mesuré par les horloges en mouvement avec celui mesuré par des horloges restées au sol, Hafele et Keating ont pu tester cette prédiction. Les résultats ont montré que les horloges en mouvement avaient effectivement enregistré un temps légèrement différent. Cela conformément aux prédictions de la dilatation du temps d'Einstein. Ils confirmèrent ainsi l'effet de la vitesse et de la gravité sur le temps.

>> À lire aussi : La théorie de la relativité d’Einstein revisitée : quand l’espace-temps rencontre l’électromagnétisme

Les applications concrètes du continuum espace-temps dans notre quotidien

Le continuum espace-temps, bien que complexe dans sa nature théorique, a des applications concrètes dans notre vie quotidienne. L'exemple le plus parlant est celui des systèmes de positionnement global (GPS). En effet, les satellites GPS, en orbite autour de la Terre, sont soumis à des conditions différentes de celles sur Terre en termes de vitesse et de champ gravitationnel. Selon la théorie de la relativité d'Einstein, ces différences affectent le rythme auquel le temps s'écoule. Cela pourrait entraîner des imprécisions dans les données de localisation. Or les algorithmes des GPS tiennent compte des effets de la dilatation du temps prédits par Einstein. Sans cette correction, les erreurs de localisation pourraient s'accumuler rapidement. Le GPS deviendrait moins fiable, qu'il s'agisse de conduire une voiture, de piloter un avion ou de cartographier des itinéraires.

En outre, dans le domaine de l'astronomie, la théorie de la relativité d'Einstein aide les scientifiques à prédire avec précision les trajectoires des planètes et d'autres corps célestes. Dans l'aviation, la compréhension du continuum espace-temps aide à optimiser les trajectoires et l’efficacité des vols.

>> À lire aussi : Des physiciens proposent une nouvelle théorie pour unifier relativité générale et mécanique quantique

Et maintenant ? Quelles perspectives pour le continuum espace-temps ?

Mais cette théorie présente des limites lorsqu'elle est confrontée à la mécanique quantique, la théorie qui régit le monde subatomique. La relativité générale décrit magnifiquement la gravité à grande échelle. Néanmoins, elle échoue à expliquer les phénomènes quantiques où les trois forces fondamentales de la physique (l'électromagnétisme, la force nucléaire forte et la force nucléaire faible) dominent. Cette incompatibilité devient évidente dans des conditions extrêmes (trous noirs ou lors du Big Bang). Les scientifiques cherchent donc à unifier ces deux théories dans une théorie du tout.

Les recherches actuelles ouvrent des portes vers des possibilités extraordinaires. Les trous de ver sont des solutions théoriques dans la relativité générale qui pourraient créer des raccourcis à travers l'espace-temps. Ils offrent des voies potentielles pour des voyages interstellaires rapides ou même des voyages dans le temps. Bien que ces concepts restent largement théoriques, leur étude pourrait conduire à de nouvelles découvertes dans la physique fondamentale.

De plus, la compréhension approfondie du continuum espace-temps pourrait avoir des implications pratiques, comme de nouvelles méthodes de propulsion spatiale ou des technologies avancées de communication et de navigation.

>> À lire aussi : Une modèle unificateur reliant les théories des trous de ver et l’intrication quantique est-il possible ?

Sur le même sujet

fin-de-liss-spacex-a-ete-choisi-pour-la-desorbiter-et-la-detruire-comment-lentreprise-va-t-elle-relever-ce-defi

Fin de l'ISS : SpaceX a été choisi pour la désorbiter et la détruire, comment l'entreprise va-t-elle relever ce défi ?

visite-guidee-de-gateway-la-future-station-spatiale-en-orbite-autour-de-la-lune

Visite guidée de Gateway, la future station spatiale en orbite autour de la Lune

surprise-et-etonnement-james-webb-capture-un-cluster-detoiles-dans-larc-des-gemmes-cosmiques-une-galaxie-naissante-photos

“Surprise et étonnement” : James Webb capture un cluster d’étoiles dans l’arc des Gemmes Cosmiques, une galaxie naissante (PHOTOS)

goes-u-le-satellite-de-la-nasa-destine-a-anticiper-les-tempetes-et-surveiller-les-incendies

GOES-U : le satellite de la NASA destiné à anticiper les tempêtes et surveiller les incendies

sophie-adenot-en-route-pour-liss-elle-teste-sa-combinaison-spatiale-pour-la-premiere-fois-photos

Sophie Adenot : en route pour l'ISS, elle teste sa combinaison spatiale pour la première fois (Photos)

de-mars-on-va-aussi-ramener-de-lair

De Mars, on va aussi ramener de l'air !

Les abonnés lisent aussi.

je-pouvais-voir-les-cristaux-de-glace-la-nasa-annule-encore-une-sortie-extravehiculaire-sur-liss-a-cause-dune-fuite-dans-la-combinaison-spatiale

“Je pouvais voir les cristaux de glace” : la NASA annule encore une sortie extravéhiculaire sur l’ISS à cause d’une fuite dans la combinaison spatiale

que-se-passerait-il-si-la-rotation-de-la-terre-sarretait

Que se passerait-il si la rotation de la Terre s'arrêtait ?

exploit-spatial-change-6-est-de-retour-sur-terre-avec-des-echantillons-lunaires-tres-rares

Exploit spatial : Chang’e 6 est de retour sur Terre avec des échantillons lunaires très rares

une-famille-reclame-un-dedommagement-a-la-nasa-apres-la-chute-dun-debris-sur-une-maison

Une famille réclame un dédommagement à la Nasa après la chute d'un débris sur une maison

svom-la-mission-spatiale-franco-chinoise-qui-veut-etudier-les-explosions-cosmiques

SVOM, la mission spatiale franco-chinoise qui veut étudier les explosions cosmiques

un-etrange-caillou-decouvert-par-un-garde-forestier-savere-54-ans-plus-tard-etre-une-meteorite-dun-kilo

Un étrange caillou découvert par un garde-forestier s’avère, 54 ans plus tard, être une météorite d’un kilo

dauphins

Vidéo - Étrangeté du vivant : les dauphins se reconnaissent grâce à leur urine !

Quelle est la durée « normale » d’un rapport sexuel .

rapport sexuel

Voyages au centre de la Terre : dans les pas de Jules Verne

Science grand format Voyages au centre de la Terre : dans les pas de Jules Verne

  • Documentaires
  • indisponible
  • tous publics

Du même programme

cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

Plus de 150 ans après la parution du célèbre livre de Jules Verne "Voyage au centre de la Terre", la science a-t-elle réussi à faire ce périple dans les profondeurs de la Terre ? Au-delà de ses intuitions géniales, le romancier a inspiré des dizaines de scientifiques dans le monde entier. Depuis, ceux-ci n'ont cessé de chercher à percer les secrets des entrailles terrestres. Aujourd'hui, les progrès technologiques offrent aux géologues, aux biochimistes, aux sismologues, des moyens nouveaux pour atteindre vraiment le centre de la Terre. Ainsi, en Islande et au sultanat d'Oman, les recherches menées par deux expéditions scientifiques font écho de manière troublante aux scènes mythiques du récit imaginaire de Jules Verne.

Réalisé par : Véronique Préault

Maison de production : Eclectic / France Télévisions / Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) / Ushuaïa TV

Caract�ristiques  

Cadre spatio -temporel:   

  • pass� ind�fini ("Il �tait une fois") 
  • cadre spatial impr�cis mais certains �l�ments se retrouvent de mani�re syst�matique (ch�teau, for�t...). Le d�cor est na�f, les �l�ments surnaturels et f�eriques y sont consid�r�s comme normaux (c'est une diff�rence fondamentale avec le fantastique). 

Personnages :

  • ils appartiennent � une soci�t� fig�e et y occupent une place qui les d�finit: le roi, le prince...
  • ils sont nomm�s par un surnom caract�ristique: Poucet, Blanche-Neige...
  • ils peuvent �tre des cr�atures surnaturelles: f�es, ogres, animaux qui parlent...
  • ils disposent d'objets magiques: baguettes, bottes de sept lieues...

Interpr�tation :

Le conte de f�e met carr�ment l'enfant en pr�sence de toutes les difficult�s fondamentales de l'homme (B.Bettelheim, Psychanalyse des contes de f�es , Laffont). Aujourd'hui les recherches des sciences humaines (psychanalyse, l'ethnologie, sociologie) permettent de consid�rer les contes sous un �clairage nouveau, de d�couvrir les relations qui existent entre les contes de diverses parties du monde.

Par exemple, selon un article paru dans la NRP de f�vrier 1989, un classement des contes selon leur structure permet des interpr�tations diff�rentes: cette structure est bas�e sur des variantes dans:

  • la situation initiale (qui est par d�finition n�gative et probl�matique): - soit le h�ros (ou ses parents) commet une faute, c'est-�-dire la transgression d'un interdit initial et il y a punition, c'est-�-dire mort symbolique (ex.: La Belle au bois dormant ), - soit il n'y a pas de faute mais une situation probl�matique (ex.: Peau d'�ne ),
  • l'aventure: - soit un sauveur intervient pour d�livrer le h�ros (ex.: La Belle au bois dormant ), - soit il s'agit d'une qu�te (ex.: Peau d'�ne ),
  • la situation finale est g�n�ralement le mariage royal sauf quand l'�ge du h�ros ne le permet pas ( Le Petit Poucet ) ou qu'il s'agit de personnages particuliers ( Les trois petits cochons ).

En fonction de ce qui pr�c�de, le magazine propose donc les structures suivantes:

  • 1�re structure : "Faute + sauveur" (ex.: La Belle au bois dormant ): il s'agit de la reprise du concept biblique du p�ch� originel qui entra�ne la punition et le salut gr�ce � l'intervention d'un sauveur. S'ajoute � cela, l'id�e que la mort n'est pas une fin.
  • 2e structure: "Qu�te" : l'accent est mis sur les m�rites personnels du h�ros; on distinguera 4 formes de qu�te: - la qu�te initiatique (ex.: Le Petit Poucet ) De nombreuses civilisations proposent des rites de passage pubertaires; il s'agit pour l'adolescent d'abandonner le monde de l'enfance, c'est-�-dire de conna�tre une mort symbolique, pour rena�tre en tant qu'adulte, c'est-�-dire apte au mariage. Il est fr�quent, dans les soci�t�s primitives que les adolescents soient, durant cette phase d'initiation, isol�s dans la "maison des hommes", c'est-�-dire un lieu qui �chappe aux lois communes de la communaut�, d'o� ils reviendront quand ils seront capables de subvenir aux besoins d'une famille (le plus souvent, tuer un animal pour se nourrir). Ce passage est fr�quemment symbolis�, dans les contes, par une grotte, une caverne o� le h�ros trouvera refuge (on se souviendra aussi de l'�pisode de la grotte dans Le Parfum de P. S�sskind) ou bien il y affrontera des dangers (brigands, ogre...), - la qu�te h�ro�que   C'est l'arch�type de certains exploits mythologiques (Th�s�e), du western, du "space opera". Le h�ros appartient � la classe dominante (fils de roi ou de seigneur), il va accomplir des �preuves, qui sont des duels � l'�p�e contre des �gaux ou des personnages magiques, monstrueux... Son but est de m�riter la princesse, c'est-�-dire de devenir roi selon le mode archa�que de transmission du pouvoir. Son opposant est le vieux roi qui ne veut pas abandonner le tr�ne.  On y voit aussi l'illustration moralisatrice de la lutte du bien contre le mal. - la qu�te populaire (ex.: Le chat bott� ) Le h�ros appartient � la classe des domin�s; si ses objectifs sont les m�mes que ceux du h�ros de la qu�te h�ro�que, son arme est la ruse. Sa filiation sera le personnage de Renard dans le Roman de Renart , les fables de La Fontaine... ou encore le Panurge de Rabelais. - la qu�te f�minine (ex.: Peau d'�ne ) C'est le mod�le des histoires d'amour. L'h�ro�ne est domin�e (parfois une cadette) et est dou�e de toutes les "vertus f�minines" traditionnelles (bont�, beaut�, modestie, vertus m�nag�res, abn�gation, ob�issance...). Son but est de faire un beau mariage; pour y parvenir, elle affrontera des �preuves qui consisteront � r�sister aux tentations.
  • 3e structure: "Faute + qu�te" : (ex.: La Belle et la B�te ) Il s'agit d'un rachat dont l'origine est tardive, puisqu'il c'est le discours de l'�glise aux XIe et XIIe si�cles, inspir� par les th�ories n�o-platoniciennes. Un bel exemple en est �ros et Psych� .

L'analyse structurale des contes:

On se r�f�rera essentiellement aux grilles propos�es par le folkloriste russe Vladimir Propp (voir http://www.barbery.net/psy/fiches/propp.htm pour une liste compl�te des fonctions) , selon lequel les fonctions des personnages sont constantes dans les contes, qui n'en comprennent qu'un nombre limit� (31) dont l'ordre est immuable. Pour simplifier, on consid�re g�n�ralement que le h�ros doit accomplir 3 �preuves: 

  • l'�preuve qualifiante qui lui permet de manifester qu'il est le vrai h�ros, tandis que le faux h�ros se disqualifie, c'est � l'issue de cette �preuve qu'il re�oit une aide (par exemple un objet magique),
  • l'�preuve principale (la qu�te qui lui a �t� assign�e par le destinateur),
  • l'�preuve glorifiante au cours de laquelle il pourra prouver qu'il est bien le triomphateur de l'�preuve principale.

IMAGES

  1. Le Cadre Spatio-Temporel

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  2. Voyage au Centre de la Terre : Sous la Plume de Jules Verne

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  3. Le Cadre Spatio Temporel.pdf notice & manuel d'utilisation

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  4. voyage au centre de la terre by romain vignette on Prezi

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  5. Voyage au centre de la Terre de Jules Verne

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

  6. Le voyage spatio-temporel pourrait être possible... ou presque selon Stephen Hawking

    cadre spatio temporel voyage au centre de la terre

VIDEO

  1. le toucher d'or les personnages le cadre spatio-temporel résumé test de compréhension 8ème année

  2. Tourisme spatial : c’est parti

  3. [1999] Voyage Au Centre De La Terre

  4. Le voyage spatio temporel Saison 2 Episode 8

  5. Questions Cône S1ep17

  6. Physique pour non spécialistes (2024, séance 5b)

COMMENTS

  1. Espace et temps dans l'oeuvre de Jules Verne : « Voyage au centre de la

    Ce voyage au centre de la terre que nous offre Jules Verne présente de nombreuses boucles, à la fois en référence à la mythologie gréco-romaine, à la géologie (réelle et/ou imaginaire), et parfois en référence au voyage proprement dit.

  2. Voyage au centre de la Terre

    Le roman raconte la découverte d'un manuscrit runique ancien par un savant allemand qui, avec son neveu et leur guide, entreprend un voyage vers le centre de la Terre en y entrant par un volcan islandais éteint, le Sneffels (c'est-à-dire le Snæfellsjökull ).

  3. PDF Voyage au centre de la Terre

    Roman d'inspiration romantique, raconté par un narrateur très sensible aux merveilles de la nature, Voyage au centre de la Terre oppose une vision comique voire satirique de la société et une fascina-tion quasi écologique pour une nature originelle.

  4. Espace et temps dans l'oeuvre de Jules Verne

    L'auteur développe ainsi une véritable construction littéraire qui s'appuie fortement sur l'aspect temporel du voyage proprement dit, c'est-à-dire le temps qu'il faut pour descendre, mais aussi sur une deuxième temporalité, celle de l'observation, par couches géologiques interposées, des écosystèmes d'autrefois, maintenant disparus à ...

  5. Voyage au centre de la Terre, Jules Verne : résumé et analyse

    Voyage au centre de la Terre est un roman d'aventures écrit en 1864. Jules Verne, qui aime mélanger éléments scientifiques et d'imagination dans ses écrits, semble prendre davantage de libertés dans celui-ci.

  6. Jules Verne : Voyage au centre de la Terre (1864)

    Un roman à la croisée des genres. Verne traite ce thème du voyage dans les entrailles de la Terre — illustré à la même époque par le roman de George Sand, Laura, voyage dans le cristal — à sa manière, oscillant entre le scientifique et le fantastique.

  7. PDF Voyage au centre de la terre, Jules Verne, 1864. « L'incipit

    Les repères spatio-temporels : Le premier paragraphe donne des indications précises qui permettent de donner une impression de récit réaliste, d'autant plus que la date donnée, 24 mai 1863, ne précède que de quelques mois la publication du livre. La date est précise, -un dimanche- ; l'adresse est précise 19 Königstrasse, Hambourg. Le ...

  8. Voyage au centre de la Terre, Jules Verne, 1864

    Œuvre intégrale: Voyage au centre de la Terre, Jules Verne, 1864. Jules Verne écrit le roman d'aventure Voyage au centre de la Terre en 1864. Il s'agit d'un roman de...

  9. Voyage au centre de la Terre de Jules Verne

    En 1863, le professeur Lidenbrock fait une surprenante découverte : un morceau de parchemin, signé de la main du grand savant Arne Saknussem, indique le chemin pour arriver au centre de la Terre.

  10. VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE,

    Voyage au centre de la Terre peut naturellement se lire au premier degré, comme une simple « histoire extraordinaire », ponctuée de planches qui ont fait rêver des générations d'adolescents.

  11. Le voyage au centre de la terre

    1- Remplir le tableau suivant en complétant les points de suspension. 2- Le temps du récit. Combien de temps dure l'ensemble du récit? Relever, en vous aidant du tableau, les indications du temps qui vous permettent de vous repérer dans le temps?

  12. Fiche sur Voyage au centre de la Terre : résumé et analyse

    Résumé du roman. Le 24 mai 1863, le professeur Lidenbrock, minéralogiste au Johannaeum de Hambourg, et son neveu, Axel, découvrent un étrange grimoire signé d'un fameux alchimiste islandais du XVIe siècle: Arne Saknussemm. Ils y apprennent la possibilité d'atteindre le centre de la Terre.

  13. Voyage au centre de la terre Verne

    Fiche de lecture : Voyage au centre de la terre Verne. Recherche parmi 299 000+ dissertations. Par Pascaline Jacomme • 19 Août 2020 • Fiche de lecture • 593 Mots (3 Pages) • 1 225 Vues. Page 1 sur 3. PARCOURS DE LECTURE VOAYGE AU CENTRE DE LA TERRE DE JULES VERNE. Partie ,Chapitres et pages.

  14. Singularités, trou de ver et voyage spatiotemporel

    La science-fiction fait grand usage du voyage dans le temps ainsi que du concept de trous de ver, des raccourcis dans l'espace-temps permettant de contourner la limitation de la vitesse des...

  15. Diagramme de Cadre spatio-temporel

    Dès les premières lignes du roman (incipit), le narrateur fixe avec précision le cadre spatial et temporel du récit. Il met ainsi en place le lieu dans lequel se déroule l'action. Il peut s'agir d'un lieu réel (L'Or de Blaise Cendrars) ou imaginaire (Voyage au centre de la Terre, de Jules Verne). Il fixe également le moment de l'action ...

  16. Situer son récit dans le temps et dans l'espace

    Le cadre spatio-temporel et l'atmosphère. Quand on écrit, il faut adapter le cadre spatio-temporel aux événements racontés afin de renforcer l'atmosphère du récit. Situer un récit dans le temps n'est pas seulement une question de date ou d'époque.

  17. Résumé du livre Voyage au Centre de la Terre, de Jules Verne

    Le roman met en avant l'exploration scientifique comme thème central. Le professeur Lidenbrock, un géologue, entreprend son voyage audacieux au centre de la Terre en quête de découvertes géologiques. Cette exploration reflète l'enthousiasme du 19e siècle pour les sciences naturelles et géologiques.

  18. PDF Voyage au centre de la Terre

    Voyage au centre de la Terre - Jules Verne, racontée par Patrice Cartier Cycle 3. Série de livres en prêt au CDAP Vittel. Pistes de lecture (texte - illustration) - découpage de la lecture, anticipation des moments de débats et des difficultés de lecture. Création d'un horizon d'attente grâce à la couverture et au résumé.

  19. Voyage au Centre de la Terre by Jules Verne

    Voyage au Centre de la Terre Credits: Carlo Traverso, Robert Rowe, Charles Franks and the Online Distributed Proofreading Team. Revised by Richard Tonsing. Language: French: LoC Class: PQ: Language and Literatures: Romance literatures: French, Italian, Spanish, Portuguese: Subject: Science fiction Subject: Adventure stories Subject ...

  20. Qu'est-ce que le continuum espace-temps

    Les promesses du Warp drive. Des expériences confirment la notion de continuum espace-temps. La déviation de la lumière par la gravité lors d'une éclipse solaire en 1919 confirma une première...

  21. Voyages au centre de la Terre : dans les pas de Jules Verne

    Plus de 150 ans après la parution du célèbre livre de Jules Verne "Voyage au centre de la Terre", la science a-t-elle réussi à faire ce périple dans les profondeurs de la Terre ? Au-delà de ses intuitions géniales, le romancier a inspiré des dizaines de scientifiques dans le monde entier. Depuis, ceux-ci n'ont cessé de chercher à ...

  22. Conte

    Cadre spatio-temporel: passé indéfini ("Il était une fois") cadre spatial imprécis mais certains éléments se retrouvent de manière systématique (château, forêt...). Le décor est naïf, les éléments surnaturels et féeriques y sont considérés comme normaux (c'est une différence fondamentale avec le fantastique).

  23. PDF ème Vendredi ou la vie sauvage SEQUENCE I : les Récits d'aventures

    Séance 5 : Jules Verne, Voyage au centre de la Terre texte 1 : l'exploration de la grotte dominante : lecture / grammaire objectif : étudier la narration à la 1° pers et son rôle dans le récit d'aventures 1° le statut du narrateur : repérage des occurrences / classes de mots (dét poss, pronom personnel, PP renforcé) narrateur personnage

  24. Cosmovision andine

    Cosmovision andine. La cosmovision andine, également appelée philosophie andine, est la conception des civilisations andines pré-colombiennes du cosmos opérant de manière magico-religieuse 1, ainsi qu'expérimentale, active et relationnelle, toutes choses étant liées et interagissant les unes avec les autres 2.